Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > L’écoquartier : un thème au cœur d’un stage d’intégration d’étudiants en (...)

L’écoquartier : un thème au cœur d’un stage d’intégration d’étudiants en aménagement paysager

L’écoquartier : un thème au cœur d’un stage d’intégration d’étudiants en aménagement paysager

Treize étudiants préparant une licence professionnelle en aménagement paysager viennent de vivre leur premier stage d’intégration à Méricourt.

« Une première, car la licence professionnelle est une nouveauté cette année, issue d’un partenariat entre l’université d’Artois qui dirige cette licence professionnelle, puisque c’est un diplôme universitaire, et le lycée agricole de Tilloy-les-Mofflaines » explique Corinne Luxembourg, maître de conférence en géographie à l’université d’Artois. Cette licence professionnelle est ouverte à tous les étudiants titulaire d’un BTS et pour cette première « couvée », « la ville de Méricourt a eu la gentillesse de nous accueillir durant toute la semaine » souligne Corinne Luxembourg qui encadre le groupe avec deux professeurs du lycée agricole. « L’année débute par un cours premier cycle d’intégration pour faire connaissance car ils viennent tous de la région, mais d’endroits différents ». Ce premier stage d’intégration a pour objectif de les regrouper avant de débuter un projet tuteuré sur Brebières où ils auront un rapport à rendre. Le deuxième semestre permettra à chacun de professionnaliser son parcours lors d’un stage de 12 semaines à effectuer en entreprise ou dans une collectivité territoriale. « Ce sont des étudiants qui viennent de BTS « Gestion et protection de la nature » et « aménagement paysager ». Deux sortes de BTS différents qui se retrouvent dans cette licence professionnelle « aménagement paysager » mais avec une forte option gestion différenciée. Ce qui nous a amenés à venir sur Méricourt, car ici, il y a déjà cette volonté de gestion différenciée qui est bien avancée » affirme encore Corinne Luxembourg. Les étudiants ont visité le site de l’écoquartier, un vaste projet sur 8 hectares. Une aventure urbaine respectueuse de la nature. Leur rencontre avec les acteurs de terrain ont permis d’obtenir de multiples explications de domaines technique et paysager et de connaître les volontés de la municipalité sur ce qui sera réalisé sur ces espaces. Ils ont posé un certain nombre de questions (budget, aménagements etc.) au maire de la commune, Bernard Baude qui a répondu à leurs interrogations. « Le groupe a ensuite travaillé sur un espace, appelé la coulée verte et qui se trouve en amont de l’écoquartier. Les étudiants ont établi des relevés d’espèces, d’essences, de fleurs, de faune et commencé à avoir un œil un peu critique sur ce qui se passe. Par exemple concernant le grand mur de verdure. Est-il judicieux de le garder dans l’état ou de l’aménager autrement ? En tenant compte des problématiques pointées par Gérald Bruneau, le responsable des espaces verts de la ville ». Ils ont aussi mené une enquête auprès des riverains pour connaître comment ils utilisent ce chemin de randonnée et ce qu’ils souhaiteraient y voir en terme d’aménagement, d’entretien etc. En fin de semaine, une analyse par groupe devait permettre d’émettre des propositions d’aménagement, voire des dessins ou des débuts de plans de gestion. Un premier travail pour ces futurs coordonnateurs gestionnaires d’espaces verts en milieux urbains et ruraux.

Les étudiants prêts à partir mener leur enquête auprès des habitants de la coulée verte et du futur écoquartier.