Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > L’Épicerie de la Solidarité augmente son volume

L’Épicerie de la Solidarité augmente son volume

Rappelons, et avec gratitude, le fonctionnement de l’Épicerie : si elle est supervisée par le CCAS de Méricourt, elle tourne grâce à une équipe de bénévoles se relayant aussi bien pour assurer l’importante manutention que sa gestion précise et scrupuleuse. Et si elle a su trouver son rythme, son quotidien n’est pas pour autant un long fleuve tranquille, chamboulé par la crise sanitaire.
D’abord, même si les produits distribués sont reconnus de « première nécessité », il est évidement nécessaire de s’organiser afin de respecter la sécurité de tous, des bénéficiaires comme des bénévoles !
Ainsi, des colis sont préparés à l’avance afin de les distribuer avec un minimum de contacts et de présence physique.
Ensuite, la période extraordinaire que nous vivons toutes et tous voit le nombre de demandeurs augmenter sensiblement.
La semaine dernière, par exemple, plus de 75 colis sont partis de l’Epicerie, alors qu’elle connaissait jusqu’à présent une quarantaine de familles bénéficiaires.
Un regain d’activité pas vraiment réjouissant si l’on considère le nombre de cas de personnes en détresse. Pourtant, les bénévoles toujours présents assument avec un esprit de solidarité remarquable.
Il en est de même aux Restos du Cœur. L’équipe habituelle de bénévoles a été renforcée par des renforts bienvenus.
L’entraide, la bienveillance et la solidarité de sont pas de vains mots ici !
- Publié le 20/04/2020

Wecxsteen et le CCAS main dans la main

Les Etablissements Wecxsteen sont des habitués de ces gestes de solidarité répétés et toujours appréciés.
Cette fois-ci encore, ce sont pas moins de 100 sacs de 10 kilos de patates, soit une tonne, qui ont été mis à la disposition du Centre Communal d’Actions sociales (CCAS).
Un CCAS qui, d’ailleurs continue vaille que vaille sa mission essentielle d’aide aux familles qui rencontrent des difficultés liées au confinement et autres soucis provoqués par le chômage partiel ou encore l’impossibilité de bénéficier d’un revenu stable.
Cette tonne de pommes de terre s’est vue rapidement distribuée par le Service Municipal, généreusement renforcé par des bénévoles solidaires.