Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > Les petits scientifiques de Mandela ont partagé leurs expériences

Les petits scientifiques de Mandela ont partagé leurs expériences

En avril, les CM2 de l’école Nelson Mandela ont vécu une semaine de sciences en réalisant diverses expériences qui démontrent des principes physiques au programme de l’école élémentaire.
Cette semaine, l’établissement scolaire avait ouvert ses portes afin que les écoliers présentent leurs travaux. « On se retrouve dans la seconde phase des expériences menées avec les élèves de sciences naturelles et sciences physiques pour la présentation au public des différents ateliers qu’ils ont pu vivre lors de la semaine sciences » soulignait Philippe Luczak, le directeur de l’école. « Aujourd’hui, ils sont en autonomie. Chaque élève a une expérience à proposer et à faire vivre au public de parents, d’élus et aux autres élèves de l’école ».

Fiers de présenter le résultat de leurs travaux, les élèves commentaient les diverses expériences et invitaient les visiteurs à participer et parmi lesquels ils ont accueilli le maire Bernard Baude, ainsi que Françoise Goudener et Alain Bogard conseillers pédagogiques pour la circonscription d’Avion.
L’objectif du jour pour les élèves, ce n’était pas de faire des sciences ou de comprendre des phénomènes physique, mais plutôt de rentrer dans un phénomène de communication avec les autres. « Pour pouvoir s’aguerrir et trouver les arguments les plus justes en fonction du public, qu’il soit adulte ou que ce soient des enfants de cycle III voire de cycle II, variant de 6 à 9 ans et pour lesquels, les explications sont forcément différentes » justifiait Philippe Luczak. « Les travaux qu’ils ont réalisés pendant une semaine et qu’ils présentent aujourd’hui, c’est super. Ils ont fait plein d’expériences et c’est une bonne initiative enrichissante pour tous ces enfants » témoignait Edith Polart, une maman.
Le projet pourrait être reconduit une fois tous les deux ans car les plus jeunes qui ont découvert cela aujourd’hui, seront sans doute intéressés pour reproduire la même démarche en cours moyen.