Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > Les Anciens Combattants d’Afrique du Nord déterminés pour défendre leurs (...)

Les Anciens Combattants d’Afrique du Nord déterminés pour défendre leurs droits

Le comité départemental de la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Afrique du Nord) vient de tenir son 40e congrès à Méricourt. A cette occasion, les adhérents ont réélu à l’unanimité le bureau départemental sortant et son président Jacques Lecointe.
En ouverture, les congressistes ont été accueillis par le maire Bernard Baude qui leur a apporté son soutien dans leurs revendications et notamment pour que le 19 mars soit reconnu comme la date officielle de la fin de la guerre d’Algérie.

Cette année 2012 marque le 50e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, « et de la paix recouvrée après huit années de guerre laissant derrière elle, un lourd bilan de deuils et de souffrances » rappelait en ouverture le président départemental de la FNACA, Jacques Lecointe avant de rendre hommage aux adhérents et militants disparus. « Je ne manquerai pas d’associer à tous les camarades qui nous ont quittés, notre ami Wladislas Marek qui fut le président national de la FNACA durant 36 années, disparu en septembre 2011 ».

Durant deux jours et en présence de Daniel Wojkowiak, secrétaire national de la FNACA, les anciens combattants d’Afrique du Nord ont dirigé leurs travaux animés par de nombreux débats au sein des quatre commissions (revendicatives et vies des comités, financière, journal, juridique et sociale) pour faire le point sur la situation de leurs droits et de leurs revendications.
« Cinquante ans après, c’est dommage qu’il y ait encore un contentieux aussi important à régler vis à vis des Pouvoirs publics, concernant l’augmentation de la retraite du combattant et en particulier la reconnaissance officielle du 19 mars 1962 » s’indignait Jacques Lecointe en fin de congrès. « Qu’on n’essaye pas et à nouveau de nous faire croire que l’Algérie c’était une simple balade au club ’’Med’’. En Algérie et notamment en Afrique du nord, c’était une véritable guerre avec un bilan très lourd, 30 000 morts, 250 000 blessés, 800 000 cas sociaux. Et on persiste encore à nous dire que c’était de simples opérations de police et de maintien de l’ordre. Donc forcément, nous avons rappelé à travers nos débats notre volonté d’être reconnus comme des anciens combattants à part entière et non pas comme des combattants à part ».

S’il est vrai qu’un certain nombre de revendications leur ont été accordées, 50 ans après, il y en a encore trop qui demeurent en suspens pour les anciens combattants d’Afrique du Nord. « Parmi elles, le projet de loi de finances pour 2012 comporte deux mesures dignes d’intérêt. La retraite du combattant sera augmentée de 4 points à l’indice 48 des PMI à compter du 1er juillet ». Le seul regret pour le président départemental, c’est que cette mesure ne prenne pas effet comme tous les autres budgets le 1er janvier de l’année. Il a entre autres évoqué la retraite mutualiste qui n’a enregistré aucune avancée depuis plusieurs années et dénoncé avec force et véhémence le décret relatif aux bonifications de campagne. « C’est une horreur d’avoir pu imaginer de ne pouvoir accorder le bénéfice de la campagne double à des personnes qui le méritaient ».

Au terme du congrès, Jacques Lecointe déclarait que : « La FNACA est encore disposée à mener le combat pour aller jusqu’au bout afin d’obtenir satisfaction sur l’ensemble de ses revendications, tellement elles sont légitimes mais aussi, pour obtenir l’officialisation du 19 mars 1962 comme véritable date marquant la fin de la guerre d’Algérie ». Et de conclure « Ce que nous voulons, c’est obtenir nos droits. Les pouvoirs publics ont un devoir de reconnaissance à notre égard. Il ne fallait pas nous envoyer, car pour la plupart des soldats du contingent, il n’y avait que des appelés. Et nous en faisions partie ».