Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > Du paso doble aux noces d’or, un pas de cinquante ans pour Lucette et René (...)

Du paso doble aux noces d’or, un pas de cinquante ans pour Lucette et René Dhé

Le 6 janvier 1962, Lucette Alluin et René Dhé unissaient leurs destins. Samedi matin et toujours en mairie de Méricourt, le couple a renouvelé ses consentements devant le maire Bernard Baude pour célébrer ses noces d’or. Mais tout avait commencé à la ducasse du calvaire en septembre 1961. Une belle histoire racontée par Rose-Marie Julliard adjointe au maire.

Lucette est née le 2 Juin 1936 à Méricourt. Son papa était mineur. « J’ai quitté l’école, j’avais 15 ans » se souvient encore celle qui a ensuite commencé à l’école ménagère. « De 1954 à 1959, j’ai travaillé à la commune en qualité d’agent spécialisé des écoles maternelles (ATSEM) à l’école Pasteur. Puis c’est à l’école Lannoy que j’ai exercé jusqu’en juin 1962 ». Une fois mariée, Lucette se sacrifiera à une toute autre profession, mais l’une des plus belles, celle de maman.

René, c’est à Sallaumines, le 7 septembre 1937 qu’il voit le jour, au sein d’une famille de travailleurs avec un papa, employé à la SNCF. Il quitte l’école à l’âge de 15 ans pour entrer comme auxiliaire au District Bâtiment de la SNCF situé cité des cheminots à Méricourt. Ensuite, c’est le départ pour le service militaire à Montpellier durant 6 mois, suivis de 24 mois en Algérie. « A mon retour en 1960, j’ai été nommé responsable de service dans une entreprise privée à Solac. On y fabriquait des tôles » se rappelle encore René, qui un an plus tard, obtiendra un emploi aux Laminoirs de Lens. Emploi qu’il tiendra jusqu’en 1964, avant de passer un examen à Paris pour entrer à la SNCF. Ayant franchi cette épreuve avec succès, René est alors nommé au service des douanes à Armentières, puis à Tourcoing et Lille. « En 1967, j’ai décroché un poste à la Région à Lille, dans les services administratifs. C’est là que j’ai poursuivi ma carrière jusqu’à ma retraite en 1991 ». Toutes ces années sont récompensées par la médaille d’argent du travail.

Mais leur histoire commune, c’est un soir de ducasse qu’elle a commencé. Celle du calvaire en septembre 61. René, qui avait déjà aperçu Lucette, avait dévoilé à ses amis ses intentions envers la jeune demoiselle. Un paso doble sera suffisant pour que les deux tourtereaux ne se quittèrent plus de la soirée. Un véritable coup de foudre puisque quatre mois plus tard, ils se mariaient. Après avoir habité chez la mère de René, puis résidé à Lhomme-Délivrance, le couple revient vivre à Méricourt. Durant 37 années, le papa de Lucette, Jules Alluin, vivra avec eux. A ce moment là, l’adjointe est revenue sur un moment important qui s’est déroulé le 11 juin 2002. « La municipalité avait préparé une petite fête pour votre papa qui fêtait ses 100 ans. Il n’était pas au courant et vous avez dû ruser pour qu’il ne se doute de rien. Ce n’est que lorsque l’harmonie est arrivée en jouant devant chez vous que la surprise fut de taille pour lui ». Ce fut un moment émouvant pour tous et qui l’était encore samedi matin pour Lucette et René. Autre moment important de leur vie, ce fut la naissance de leurs enfants avec Georges en 1962, Bruno en 1964 et Karl en 1971. Depuis la famille s’est agrandie avec six petits-enfants et deux arrières petits-enfants, Aymeric et Nohlan. Aujourd’hui, tous les deux profitent pleinement de la retraite. Lucette est une fervente adhérente du club de détente du centre social, quant à René, membre de la FNACA, il consacre ses loisirs au jardinage et à la cuisine.

Lucette et René, heureux de fêter leurs noces d’or entourés de leur famille et des nombreux amis.