Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Vies partagées 62 et la résidence Henri Hotte : « Vieillir, quelle blague ! (...)

Vies partagées 62 et la résidence Henri Hotte : « Vieillir, quelle blague ! »

Des aînés ont mis en scène ce qu’ils pensent de leur vieillesse à travers des chansons, lectures et saynètes. Le projet, porté par l’association "Vies partagées 62" et soutenu par la ville, a permis aux participants de la Halte-répit et de la résidence Henri Hotte de s’exprimer avec le soutien de la conteuse, Florence Rousseau d’histoires de mémoires.
« Vieillir, quelle blague est un projet qui parle essentiellement de la vieillesse et s’adresse aux membres de l’association Vies partagées, aux aînés de la résidence Henri Hotte, mais aussi aux habitants » souligne Marlène Hunet, stagiaire en direction au foyer Henri Hotte.
Plusieurs groupes de travail ont été mis en place avec des personnes accompagnées sur Vies partagées et des résidents du foyer qui ont travaillé sur la représentation orientée vers la poésie, le chant, le théâtre et l’écriture. « Chacun a participé en fonction de ses capacités avec l’équipe d’animation et Florence, la professionnelle, s’est adaptée aux possibilités de chacun » révèle Pascale Hunet, la présidente de Vies partagées 62, qui explique que l’intérêt de l’association, « c’est de partager la vie et d’aller à la rencontre de ceux que l’on ne rencontre pas dans le milieu ordinaire. Un projet financé par le FPH et qui nous aide à aller vers les citoyens ».
La première restitution a eu lieu à l’espace culturel La Gare mardi après-midi et la seconde se déroulera à la résidence Henri Hotte le jeudi 25 juin. « Ce travail va se poursuivre car nous avons ressenti auprès des personnes rencontrées un besoin et une vraie envie de s’investir et de parler. Pour les plus isolées, c’est à nous de les accompagner » affirme Pascale Hunet. « C’est une façon de combattre les clichés. Aujourd’hui, nous avons des thèmes que l’on n’abordait pas forcément avant. Il est donc important que les gens s’approprient et réfléchissent sur ces sujets. Il faut changer les mentalités ».
Le spectacle s’est poursuivi par un petit forum de discussions sur divers thèmes proposés en direct. Une idée très originale que le public a choisi. « On n’a pas voulu rester sur de l’écrit, maintenant ce sont des ateliers d’expression qui se mettent en place » terminait la présidente qui a encore de nombreux projets dans ses valises. Après avoir lancé la halte-répit section Alzheimer, des jardins partagés pourraient éclore sous peu entre les membres de l’association Vies partagées et la résidence voisine Henri Hotte.

Rechercher


AGENDA