Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > « Vies partagées 62 » a ouvert sa seconde halte répit

« Vies partagées 62 » a ouvert sa seconde halte répit

« Vies partagées 62 » est née du constat du manque de places en structures d’accueil spécialisées, mais aussi avec une certaine volonté de trouver des solutions nouvelles correspondant aux besoins d’un public spécifique.
Depuis juin 2012, l’association travaille sur deux dispositifs aidants/aidés afin de donner du répit avec La Passerelle pour les personnes handicapées et La Ressource pour les personnes âgées atteintes de maladies cognitives. Après une première halte répit ouverte l’année passée sur Sallaumines, c’est rue Jules Mousseron à Méricourt que l’association a inauguré sa seconde salle mise à disposition par la municipalité.
Pascale Hunet et le bureau de l’association y ont tenu leur première assemblée générale devant un large public. La présidente a rappelé les principaux objectifs de « Vies partagées 62 » pour procurer du répit aux familles en imaginant des solutions qui permettent d’apporter une bouffée d’oxygène tout en évitant la fracture familiale. « Nous accompagnons les personnes tout en respectant leur histoire, leurs choix, leur dignité. Si aujourd’hui, il existe fort heureusement des solutions, nous venons simplement en complémentarité ».
La Passerelle a accompagné à ce jour seize personnes porteuses de handicap. Chaque après-midi, des animations diversifiées sont proposées tout en conquérant le terrain de la vie ordinaire pour intégrer les personnes dans la société. « Aujourd’hui le monde du handicap est assez cloisonné et les familles, malheureusement, n’osent pas toujours sortir » affirmait Pascale Hunet.
L’association s’est entourée de plusieurs partenaires et des professionnels qui sont devenus des salariés. Aujourd’hui, Malika et Emilie sont respectivement à Sallaumines et Méricourt, avec la coordinatrice, Catherine Pagies, et aidées par des encadrants familiers (des familles donnant un peu de leur temps, ce qui leur permettent de voir ce qui se passe à la halte répit), des bénévoles et des jeunes d’Unis Cité qui ont déjà depuis 3 ans, des projets sur le handicap.
Pour les responsables de l’association, l’inauguration de cette salle c’est aussi l’espoir que le monde évolue, que les personnes différentes et leurs familles soient reconnues et que chacun puisse vivre sans avoir peur du regard de l’autre.
Pascale Hunet en ai persuadée, « il est toujours possible de changer les choses, non pas en s’opposant mais en étant constructif. Ce projet que nous avons partagé en est la preuve. Tous unis, il nous sera possible de bâtir un demain où les mots dignité, égalité et respect prendront leur sens ailleurs que dans les pages sans vie d’un dictionnaire. Alors encore une fois, merci à vous ! ».
Située au cœur de la cité du Maroc, la halte répit va bénéficier de proximités géographiques tout à fait intéressantes et le maire Bernard Baude invitait l’association à pousser les portes des structures municipales. « Vous vous trouvez à quelques mètres d’une cyberbase. En empruntant la passerelle un peu plus loin, nous sommes proche de l’espace culturel La Gare et sa médiathèque. En repassant par le rond-point des droits des enfants, du partenariat semble possible avec l’EHPAD et juste derrière vous, le foyer résidence Henri Hotte où là aussi des rencontres sont réalisables ».
Des projets, l’association n’en manque pas avec la mise en place d’ateliers de cuisine, d’écriture, elle souhaite aussi tisser des liens avec les associations locales etc. « En fait, on a envie de s’intégrer partout. C’est un projet qui est nouveau et qui va évoluer dans le temps puisque à partir de la Halte répit, notre envie c’est d’aller plus loin encore et de faire de la prise en charge nuit et jour par du domicile partagé » terminait Pascale Hunet.
- Halte Répit, rue Jules Mousseron, Contact : viespart@62gmail.com ou au 06 59 95 93 51.

Rechercher


AGENDA