Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Vérifié et réparé pour rouler en toute sécurité à vélo

Vérifié et réparé pour rouler en toute sécurité à vélo

Je me déplace à vélo, or, est-il en bon état pour circuler sur la voie publique ? La question est posée et il est vrai que ce n’est pas toujours facile de réparer sa bicyclette. C’est pourquoi, la municipalité a eu l’idée d’organiser deux ateliers de réparation vélo.
L’initiative s’est organisée en partenariat avec la maison des jeunes, le collège et en présence d’agents municipaux compétents dans ce domaine. Tout est parti d’un constat. « A Méricourt, beaucoup de collégiens et d’enfants roulent à bicyclette, et parfois avec des vélos en mauvais état. Ils ne sont pas en sécurité. Alors l’idée est venue de mettre en place cet atelier pour les aider » précisait Karine Delabre animatrice jeunesse. Une aide essentielle pour détecter les problèmes relatifs aux organes de sécurité (freins, pneus, éclairage…). La sécurité de base. L’opération a permis aussi de mettre en commun et de partager les compétences de chacun. Trois agents municipaux, avec le concours de Timmy, Bastien et Toufik, des jeunes du foyer 16/25 ans ont accueilli à la maison des jeunes et le lendemain au garage à vélo du collège, des enfants, des collégiens mais aussi des adultes, des parents. Parmi eux, Georges, un Méricourtois de 71 ans que l’on rencontre souvent sur les routes. « Je vais partout en vélo sur la commune et même en dehors. J’avais des soucis d’éclairage sur mon vélo alors je suis venu. C’est une bonne initiative, à l’heure actuelle, il n’y a plus beaucoup de marchands de vélo et lorsqu’on est en panne, on ne sait pas trop où aller ».
Une opération à laquelle le collège Henri Wallon a de suite adhéré. Bon nombre de collégiens viennent à vélo et le problème de la sécurité et de la circulation se pose. « C’est tout à fait intéressant d’être associé à cette opération, d’autant plus qu’en cette période, les jours vont raccourcir et l’obscurité va arriver au moment de la sortie des élèves. Les bicyclettes ne possèdent pas systématiquement un éclairage et une plaque réfléchissante et nous sommes obligés d’intervenir pour demander aux élèves de s’équiper » ajoutait Jean-Claude Damay, le principal de l’établissement.
Les deux séances de l’atelier auront permis à plus de cinquante vélos (une majorité de collégiens) d’être vérifiés et réparés. Le matériel de base (patins et câbles de frein, kits de réparation de chambre à air…), était fourni gracieusement pour cette première initiative qui pourrait être renouvelée et développée sous d’autres formes. « On pourrait aborder la question de la sécurité à vélo sous forme de questionnaire pour vraiment sensibiliser les jeunes au code de la route, à la prévention routière » projetait en conclusion Karine Delabre.

Rechercher


AGENDA