Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Une date à jamais gravée dans les mémoires

Une date à jamais gravée dans les mémoires

Le 10 mars 1906 laisse une cicatrice qui ne se refermera jamais à l’écoute de l’effroyable bilan de ce coup de grisou qui a fait 1099 victimes dont 404 Méricourtois, 304 Sallauminois, 114 Billysiens… Une date à jamais gravée dans les mémoires des anciens mineurs et des populations.
Ce coup de poussière d’une rare violence a ravagé 110 kilomètres de galeries communes aux trois fosses situées sur les territoires de Méricourt, Billy-Montigny et Sallaumines.
Ce vendredi 10 mars, à la nécropole de Méricourt, nombreux étaient les élus du secteur, les représentants des syndicats, des associations patriotiques, des médaillés du travail, de l’association « 10 mars 1906 » et les anciens mineurs en tenue, rassemblés pour rendre hommage aux mineurs tués dans cette horrible catastrophe. Un hommage auquel s’étaient joints un ancien mineur lorrain venu de Forbach et un autre de la province de Limbourg en Belgique.
Après les nombreux dépôts de gerbes au pied du monument, Raymond Frackowiak, secrétaire général CGT-FNSS-FSM (syndicat des mineurs et similaires, retraités et veuves) a rappelé l’ampleur de ce désastre et le mouvement de grève qui s’est ensuite diffusé sur l’ensemble des fosses de la région. « La colère et l’émotion suscitées par la catastrophe ouvraient la voie à un mouvement particulièrement virulent et à des actions violentes ».
A la salle Aimé Lambert, Christian Pedowski, maire de Sallaumines, a ensuite abordé ce pan d’histoire tragique et dramatique qui rappelle que l’argent et le profit ont prévalu sur des hommes et leur vie. A cette époque l’enrichissement l’emportait sur la dignité humaine. « Notre mémoire en garde un triste souvenir et cette catastrophe qui a touché notre territoire il y a maintenant 111 années, est arrivée parce que des hommes, des puissants, ont favorisé la course au profit au préjudice de la vie d’hommes et de familles ».
La catastrophe de 1906, reste dans l’histoire comme une des plus graves catastrophes minières avec un impact international. Le bassin minier du Nord-Pas de Calais a payé un lourd tribu pour tous ces hommes envoyés au fond. « Alors en mémoire de tous ces hommes, de toutes ces familles, souvenons nous » a t-il conclu.
En début de matinée, une large délégation méricourtoise, conduite par Bernard Baude, s’était recueillie sur le monument des victimes du travail au cimetière de Méricourt.
- Publié le 10/03/2017

Rechercher


AGENDA