Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Une connexion bien établie entre seniors et collégiens

Une connexion bien établie entre seniors et collégiens

A la résidence Henri Hotte, la volonté municipale est de créer en permanence un climat de stimulation et de valorisation autour des pensionnaires. Au sein de l’établissement, des pratiques artistiques, notamment autour de la chanson et de son interprétation, y sont proposées avec des partenaires professionnels afin de maintenir le désir et l’envie chez les aînés.
« Lors des rencontres sur l’accessibilité des différents sites publics avec Vies partagées 62, s’est découlé l’idée d’aller voir nos aînés à la résidence Henri Hotte afin de savoir si eux-mêmes éprouvaient des difficultés dans la vie quotidienne » explique Alexia Petit, professeur principal de la 4e D. Avec ses élèves et ceux de la classe ULIS (Unité localisée pour l’inclusion scolaire) se poursuit un nouveau projet informatique.
« Lors d’une rencontre intergénérationnelle, les collégiens sont venus interroger les résidants sur la façon dont ils ont vécu leur éducation, leur jeunesse et comment ils vivent leurs statuts de personnes âgées aujourd’hui » souligne Hassan Aït Essaghir, animateur à la Résidence.
« Nous leur avons demandé s’ils souhaitaient certaines aides pour se familiariser avec l’informatique » poursuit Mme Petit. « Bien sûr. Cela nous permettra d’utiliser les ordinateurs mis à notre disposition à la bibliothèque de notre résidence » ont répondu Jacqueline, Irène, Claudine et Anna, très à leur aise dans la salle informatique du collège entourées des jeunes ados devenus leurs professeurs du jour. « Par ateliers, nous leur expliquons les bases pour utiliser l’ordinateur, aller sur internet, envoyer un mail etc. Nous leur avons préparé aussi des fiches mémoires, afin qu’une fois revenues à leur résidence, elles se souviennent bien comment procéder » racontent Shannon et Justine.
« Ce sont de très bons et sympathiques professeurs, ces jeunes collégiens. Ils nous expliquent bien » ajoute Jacqueline qui dans sa profession a travaillé sur l’informatique. « Y avait pas de souris à l’époque. Là, elles me perturbent, et j’ai toujours eu peur des souris (rires) ».
Mais depuis leur rencontre avec cette jeunesse, les quatre résidantes sont déjà plus à l’aise pour naviguer sur les réseaux sociaux ; Facebook, Skype… qui leur permettront de communiquer, s’informer et de se divertir.
De cette rencontre entre générations, une chose est certaine, la connexion est bien établie entre les seniors de la Résidence Henri Hotte et les collégiens.
- Publié le 01/06/2017

Portfolio

Rechercher