Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Un rassemblement bien huilé pour les amateurs de voitures anciennes

Un rassemblement bien huilé pour les amateurs de voitures anciennes

Le mois de mai est un moment clé pour l’association Les Ch’ti Tacots car c’est le mois retenu pour organiser leur traditionnelle et fabuleuse exposition de voitures et motos anciennes.
Il suffit parfois d’un simple rayon de soleil pour faire sortir les voitures de collection du garage. Mais en ce dimanche 12 mai qui s’est avéré plutôt frisquet, les passionnés et collectionneurs étaient tout de même au rendez-vous méricourtois. Cinq clubs de la région et de nombreux particuliers ont répondu à l’invitation du club local. « En fin de matinée, nous enregistrons déjà 160 véhicules. Nous attendons aussi des Américaines cet après-midi avec la participation du club de Cambrai » affirmait le président dont le portable ne cesse de sonner. « Ce sont des personnes qui me demandent si elles peuvent encore venir exposer leurs voitures. Elles sont les bienvenues » souriait alors Philippe Gottrant, avec en tête de battre le record de l’année passée, soit 250 véhicules.
Une aubaine pour les visiteurs de découvrir de vieilles guimbardes d’exception des années 30 tout comme des modèles plus récents accusant tout de même plus de trois décennies au compteur, un minimum pour être reconnu véhicule de collection. La doyenne de la journée, une Citroën B 14 G de 1928 affichait sous son capot rouge, un moteur de 1539 cm3 pour 22 chevaux réels (9 chevaux fiscaux). « On l’appelait à l’époque La tout acier avec ses 1230 kilos. C’était aussi la première Citroën montée sur chaîne » expliquait Michel Delelis, son heureux propriétaire qui l’a récupérée dans un triste état. « C’était une poubelle. Il a fallu cinq ans pour la rénover ». Et pour ce passionné qui a attrapé le virus il y a plusieurs années grâce à un copain et une Renault 8 major, les véhicules depuis, il les collectionne. « J’ai aussi une Peugeot 403 de 1960, une deux chevaux de 1959, quatre motos BMW, une de gendarmerie, une R 80 RT de 1991, une R 35 de 1939 de l’armée allemande… D’ailleurs je loue un hangar pour stocker tout ça » racontait Michel Delelis, membre des vieilles soupapes de l’Artois de Carency. Tout proche, son ami du même club, Jean-Michel Peugnet possède une Citroën B 14 de 1927, mais cette fois-ci, il est venu avec une deux-chevaux de 1984.
Un peu plus loin, aux détours des allées, c’est un particulier qui s’affiche devant une rutilante 4L de 1965. « Il y a encore un an, les 4L je les cassais. Sur circuit, on roulait pendant 6 heures non stop sur des courses d’endurance. Aujourd’hui, c’est terminé et je les rénove. Celle-ci, j’ai mis six mois pour la restaurer après le boulot. Je suis carrossier et j’ai voulu me faire plaisir » insistait Fabrice Derache qui vient de débuter une nouvelle restauration. « Encore une 4L, mais cette fois c’est différent car elle est de 1968, mon année de naissance ».
Une multitude d’animations et une bourse aux pièces étaient proposées au public qui a pris plaisir à admirer ces vieilles mécaniques, brillant de tous leurs chromes.

MPEG4 - 1371.9 Mo

Rechercher


AGENDA