Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Un droit important pour les enfants, celui de jouer

Un droit important pour les enfants, celui de jouer

Et ils ne s’en sont pas privés les 1200 mômes qui ont envahi cette semaine le village itinérant installé à l’espace Ladoumègue. De la joie et du rire pour découvrir la convention internationale des droits des enfants de manière ludique.
Le village, c’est 30 ateliers de jeux éducatifs qui se sont construits en partenariat avec les services enfance, jeunesse, les centres de loisirs des villes partenaires pour permettre aux enfants de découvrir leurs droits à la culture, à l’éducation, à la santé, aux loisirs et bien d’autres encore. « Cela leur permet aussi de revendiquer, de s’exprimer autour de cette convention qui n’est pas respectée partout dans le monde et aussi en France » souligne Mickaël Gomez, responsable régional de l’association Enjeu 62 à la tête de trois villages qui tournent sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais jusque la fin du mois.
« A Méricourt, les ateliers se sont construits avec les associations, les services éducatifs, les jardins partagés etc., et sur des thématiques bien particulières comme les sciences et techniques, la culture, le sport… » précise Aline Serville, coordinatrice régionale à Enjeu.
Les ateliers sont animés par des bénévoles, parents, grands-parents, membres associatifs, habitants… « Des gens convaincus du bienfait du village et qui ont cette dimension éducative et cette fibre animation. Chaque année, plus d’une centaine de personnes se rendent disponibles durant toute la semaine ».
Concernant les droits des enfants, malgré des avancées, « un net recul est constaté notamment sur le droit à la santé. Avec le chômage qui augmente cela devient de plus en plus difficile pour les familles qui doivent faire des choix entre soigner leur enfant, payer le loyer ou leur donner à manger. Pour certains, les loisirs restent inaccessibles et les droits aux vacances non respectés bien que les villes mettent en place des aides pour soutenir les familles » constate amèrement Mickaël, mais ses yeux s’illuminent de nouveau face à tous ces mômes qui s’amusent. Comme Lucie, Louane, Claire et Madison en grande section de la maternelle Ginette Neveu qui s’éclatent sur la découverte des métiers. « J’aimerai être policier » sourit Madison alors que sa copine Claire veut « soigner les gens comme les pompiers ».
- Publié le 18/11/2016

Rechercher


AGENDA