Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Réunion de famille pour refermer le mois du livre

Réunion de famille pour refermer le mois du livre

Venus de Paris et de Normandie, c’est la première fois qu’ils étaient réunis tous ensemble. Les « Ferrier » ont rencontré des enfants, des professionnels du livre de la petite enfance ainsi que des habitants pour discuter de leur art, de leur famille.

Ainsi s’est refermé le mois du livre et ses « 28 jours Ferrier », un clin d’œil à cette famille d’artistes. « 28 jours loin d’être fériés car nous avons beaucoup travaillé pour accueillir les enfants, leurs parents, les adultes et mettre en valeur le travail de tous » soulignait Cyril Titz directeur de la médiathèque.
« Pour cette journée, on était en réunion de famille et chacun a parlé de ses origines, de sa passion explique PEF (Pierre-Elie Ferrier) qui était déjà venu il y a près de 30 ans. Et il se trouve que par le plus grand des hasards, mon fils est venu dans la région. Des contacts se sont noués au fur et à mesure des projets ».
Autour de PEF, on retrouvait sa femme, Geneviève, qui s’occupe des couleurs de ses livres. Il y avait aussi Elsa leur fille qui chante avec son mari Jean-Luc (Amipagaille) et Alexis, auteur-illustrateur et sculpteur, marié avec Nathalie, photographe. « Il y a eu une espèce d’invitation générale de notre famille sous la forme de rencontres avec les enfants, de construction d’objets, d’exposition d’originaux de peintures et de dessins » reprend PEF qui avait un père metteur en scène de théâtre. « Depuis ma tendre enfance, j’ai été mêlé à des constructions dramatiques des grands classiques. Victor Hugo, Molière, Shakespeare…, Mais très tôt, j’ai travaillé le dessin humoristique et je suis venu aux histoires quant à mon tour, j’ai eu des enfants en 1978 ».
Ses enfants l’ont toujours vu travailler sur des dessins et des textes. Ils ont arrêté les études très tôt. Alexis est parti dans une école de dessin et plus tard sa sœur a fait une école de stylisme. « Ça n’a pas marché, elle est ensuite partie dans une école de cinéma et elle a rencontré son futur mari. Avec lui, elle s’est lancée dans la chanson ».
Auteur-illustrateur depuis 34 ans, PEF est venu exposer ses dessins et les toiles de Geneviève. « Et surtout, parce que l’élément principal de mes déplacements, c’est de rencontrer et faire se rencontrer des enfants et des créateurs qui travaillent pour le jeune public poursuit-il. Ces rencontres entre les auteurs et les lecteurs sont toujours magiques. J’ai croisé des CM1 et CM2 qui étaient hyper préparés avec des tas d’histoires à raconter sur les livres. Ils ont même théâtralisé des passages de mes albums ».
En fin de matinée, cerise sur le gâteau avec l’hommage rendu par PEF à Blaise Cendrars lors de sa lecture de La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France. « C’est un poème de 1913 que j’ai illustré par 77 dessins en noir et blanc ».
En soirée, la dernière page du mois du livre s’est définitivement refermée en musique avec Amipagaille. Elsa Ferrier et son mari Jean-Luc Bazille, conteur de chansons et chanteur d’histoires, ont bombardé de leurs mots poétiques et sérieux, un concert plein d’émotions.

Rechercher


AGENDA