Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Petits insectes devenus grands chemin du Bossu

Petits insectes devenus grands chemin du Bossu

Désormais, les promeneurs empruntant le chemin du Bossu découvrent d’imposantes et magnifiques photographies d’insectes. L’œuvre de l’artiste photographe méricourtois, Samuel Lemore, qui à force de patience et de persévérance, a surpris au bout de son objectif ces minuscules créatures habitant sur la commune.

L’idée est partie d’un partenariat ville-habitants pour tisser un maillage piéton sur le territoire. En 2014, le collectif « Si on faisait un bout de chemin ensemble » émet la volonté d’agrémenter agréablement ces sentiers et d’y apporter une touche culturelle.
« Le projet s’est concrétisé avec la mise en place d’un atelier photographique pour faire connaître cet art aux méricourtois. L’occasion aussi de découvrir Méricourt autrement, au travers de sa faune et de sa flore. Une manière de s’intéresser à ce qui nous entoure » précisait Olivier Lelieux, lors de l’inauguration. Et l’adjoint au maire ne manquait pas de saluer les travaux de recherches et d’expos sur les insectes réalisés par les enfants du périscolaire associés au projet. « Un projet qui a provoqué énormément de rencontres ainsi qu’avec les membres du collectif du maillage piéton et qui a reçu un soutien financier du FPH culture (Fonds de participation des habitants) pour que ces œuvres puisssent profiter à tous les passants sur le chemin en y apportant ce côté ludique et éducatif ».
De nombreuses photos avaient été retenues pour en sélectionner une quinzaine. L’ultime choix est revenu aux habitants qui ont voté (630 votes recueillis) pour en retenir cinq. Des photographies issues de ses longues pérégrinations à travers la commune, autour du terril, sur les chemins de randonnées. « Ces minuscules créatures, abeilles, papillons, araignées, vivent parmi nous et jouent un rôle essentiel dans notre biodiversité » faisait remarquer Samuel Lemore qui saluait à son tour le travail collectif des enfants et de leurs accompagnatrices. « Il faut prendre le temps d’observer et préserver tous ces petits insectes parce qu’ils sont très utiles. C’est un autre regard que l’on porte sur ce qui nous entoure au quotidien » terminait le photographe, heureux de laisser une trace dans sa ville.
De belles photos colorées qui incitent aussi à d’autres comportements face à la nature.
- Publié le 04/03/2016

Portfolio