Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Opération "école morte" à la maternelle Suzanne Lanoy

Opération "école morte" à la maternelle Suzanne Lanoy

Contre la suppression annoncée pour la rentrée d’une classe à l’école maternelle Suzanne Lanoy, de nombreux parents d’élèves se sont mobilisés jeudi matin et ont reçu le soutien des élus.
Malgré le vent et la pluie, c’est dans une ambiance bon enfant que les parents mobilisés ont manifesté leur colère aux rythmes des sifflets, des chants et des mots d’ordre comme « Nos enfants ne sont pas des sardines », pour évoquer des classes qui monteront à plus de 30 gamins après cette fermeture annoncée.
« Avec plusieurs parents, nous avons bloqué l’ouverture de l’école de 9h à 10h tout simplement parce que l’Education nationale a décidé, pour la rentrée de septembre, de passer de 5 à 4 classes. Les enfants seront à 30 par classe voire plus alors qu’il ne manquerait que 6 à 7 inscriptions » expliquait Madeline Parenty, élue représentante des parents d’élèves de l’école Suzanne Lanoy. « Du coup, l’accueil des moins de trois ans ne pourra plus se faire. Et il y en a pas mal dans cette école, ce qui arrange beaucoup de parents. Et puis, il y a une cité qui se construit près de la maternelle. Ce qui apportera des inscriptions supplémentaires. Alors, avec cette fermeture, les effectifs devraient se gonfler encore plus par classe ».
Ce blocage, c’était surtout dans un premier temps pour alerter les parents et constater si le groupe mobilisé avait du soutien. « C’est pourquoi nous avons bloqué seulement une heure aujourd’hui pour na pas trop embêter les parents et on peut affirmer que nous avons du soutien. Donc, il y aura très certainement des suites à ce mouvement ».
Un mouvement largement soutenu par la municipalité. « Cela fait un moment que nous avons alerté les services de l’inspection en disant que sur les prévisions il pouvait y avoir une baisse d’effectif mais nous avions des constructions en cours à proximité et avec certainement des attributions de logements cet été » ajoutait le maire présent sur les lieux.
« Nous avions demandé aux services de l’Education nationale de geler toutes décisions pour regarder l’évolution. Et j’ai fait part de mon désaccord à Mme l’inpectrice de circonscription en disant que plutôt que de supprimer un poste et de regarder plus tard si on pouvait en remettre un, il fallait geler les effectifs des enseignants et étudier l’évolution des effectifs d’enfants » poursuivait Bernard Baude. « C’est une décision contraire qui est prise et je le regrette. L’avenir des enfants ne se joue pas avec des calculettes, mais avec de la compréhension et de la perspective. Nous avons mené ce combat dans un rapport Inspection/Mairie. J’en ai fait part aux parents d’élèves qui ont déclenché de leur côté une autre manière de protester. Et bien évidemment, ils ont notre total soutien ».
Au terme du mouvement, les parents sont bien décidés à rencontrer de nouveau l’inspectrice de la circonscription. A suivre…
- Publié le 16/03/2019

Rechercher


AGENDA