Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Noces d’or de Chantal et Jacques Chéret

Noces d’or de Chantal et Jacques Chéret

Pour célébrer leurs cinquante années de vie commune, c’est à leur domicile, au cœur de la cité des cheminots, que les époux Chéret-Forestier ont accueilli le maire, Bernard Baude, les élus et leur famille. C’est jour pour jour, que le couple, marié le 28 janvier 1967, a fêté ses noces d’or.
Avant la cérémonie officielle, Marianne Lenne, adjointe aux seniors a retracé brièvement leur parcours qui a commencé pour Chantal le 29 août 1947 à Lens, sa ville natale. A 16 ans, elle entre à l’école ménagère. Puis en 1975 elle est employée comme femme de service dans les écoles sur Méricourt, durant 3 ans. « Ensuite, j’ai été employée de maison, au Versailles, un café-tabac à Lille » se rappelle Chantal qui cessera en 1990.
Jacques, c’est le 12 juillet 1945 à Avion qu’il voit le jour. « A 13 ans et 11 mois, j’ai quitté l’école » se souvient avec précision Jacques qui entre ainsi dans la vie active un mois plus tard. Comme apprenti menuisier à l’entreprise Joly, aujourd’hui Parenty. A l’âge de 17 ans, il est embauché comme menuisier aux pompes funèbres Rainguez à Noyelles.
Après son armée, il décide de passer un examen médical pour entrer à la SNCF. Il y débute en qualité de manœuvre jusqu’à la réussite de son examen de contrôleur. Après avoir travaillé à Tergniers, puis Lille, il finit sa carrière à Lens.
Mais entre temps, Jacques a rencontré Chantal à la ducasse de la cité des cheminots en 1961. « Ensuite, on s’est perdu de vue durant 5 ans. Je n’avais que 14 ans » sourit Chantal.
Mais en 1966, lors du bal, Chantal et Jacques se rencontrent de nouveau sur un tango et un rock et ils ne laissent pas passer leur chance. Quelques mois plus tard, le couple scelle son union et décide de fonder une famille. Un garçon et deux filles verront le jour.
Aujourd’hui, Chantal et Jacques sont heureux d’accueillir leurs enfants, leurs six petits-enfants et leur arrière petit-fils Kenzo.
Le couple coule désormais une paisible retraite, même si Jacques fait encore partie des Gardes d’honneur de Lorette depuis 26 ans. Il a aussi été sapeur-pompier volontaire durant 6 ans, oeuvré 22 ans au sein du conseil municipal auprès de Léandre Létoquart et présidé le club d’anciens « Les cœurs joyeux » durant 10 ans.
- Publié le 3/02/2017

Portfolio

Rechercher


AGENDA