Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Marché aux fleurs festif et familial, soucieux de l’environnement

Marché aux fleurs festif et familial, soucieux de l’environnement

Le premier mai, fête du travail est une journée de célébration des combats des travailleurs. Une journée où l’on ne travaille pas et qui permet aux gens de se promener. Alors, après un défilé revendicatif, le côté festif a relevé cette troisième édition du marché aux fleurs.
Proche du nouvel écoquartier, l’arboretum a accueilli de nombreux professionnels fleuristes, horticulteurs et pépiniéristes locaux ou du secteur qui ont planté leurs étals sur ce bel écrin de verdure. « Une vingtaine de stands avec quelques nouveautés comme les produits bio à base d’algues et destinés au jardin sont présentés au public, tout comme la sculpture sur bois ou l’art de fabriquer des topiaires (voir ci-dessous) » notait Gérald Bruneau responsable des espaces verts de la commune et organisateur avec ses collègues de la culture pour la municipalité. « Les cultures et produits régionaux font aussi l’affiche avec l’apiculture, mais aussi de la cuisine à base de plantes sauvages ».
Avec les fleurs, les variétés de plantes potagères dans les familles des légumes (salades, tomates, pommes de terre…) et les herbes aromatiques (ail, échalotes, oignons…), les étals permettaient aux visiteurs une découverte bucolique avant de faire leur marché.
Un peu plus loin, les écoliers motivés s’étaient déplacés avec leurs parents en cette période de vacances pour poursuivre l’action menée avec leurs enseignants et la ville afin de planter du maïs et réaliser un grand labyrinthe végétal.
Un beau rendez-vous pour poursuivre l’action municipale de sensibilisation à l’environnement relevé par cette touche festive qui invitait aussi la foule à se replonger entre le XIIe et XIIIe siècle. Sur le campement médiéval présenté par l’association des 7 Besants d’or, démonstrations de combats, scènes de la vie quotidienne, tournois de l’époque ont attisé la curiosité des visiteurs. Tout comme Dame Cornélie pétrissant son pain et racontant ses croustillantes histoires pour décrire la vie paysanne de l’époque.
Les associations locales liées à l’environnement avec Ch’bio gardin et les jardins partagés n’étaient pas en reste ainsi que la famille et l’enfance, placées au cœur de l’événement de ce premier mai.

Les topiaires, une spécialité de Laurent Lavogiez

Sur le marché aux fleurs, l’attention des visiteurs a été attirée par un stand présentant des topiaires. Mais qu’est-ce que c’est ?
Pour agrémenter les massifs, égayer les jardins tout en étonnant, les topiaires sont la solution. Aujourd’hui, Laurent Lavogiez de Lomme, dessinateur industriel de métier, en est convaincu au point de les réaliser lui-même. « Il y a 7 ans, j’avais envie de garnir mon jardin et recherchais une statue de coq. Tout ce que l’on me proposait à la vente, c’était du basique avec du buis ». Il décide donc de créer son propre modèle. « D’après une photo, muni d’un simple grillage et de fil de fer, je me suis lancé ».
Résultat, son coq prend forme et plutôt que du buis, il y plante du Lonicera Nitida, plus connu sous le nom de chèvrefeuille arbustif. « C’est un végétal qui pousse vite et contrairement au buis, les branches redescendent naturellement vers le bas. Donc beaucoup plus facile et rapide pour remplir un motif. Le reste, c’est un peu comme un coiffeur, on peut tailler avec un mini taille-haie mais la finition se fait avec des ciseaux » explique celui qui depuis quatre est devenu auto-entrepreneur dans la fabrication de topiaires. Après le coq, le chien et les cygnes, il s’est attaqués aux chevaux cabrés et réalisent aussi dauphins, chats, écureuils, tortues, vaches… D’ailleurs cette dernière mesure un mètre et le cerf un mètre soixante de haut.
Même s’il n’a pas abandonné son métier, « car les topiaires cela ne nourrit pas son homme » dit-il, grâce à son site internet, Laurent enregistre beaucoup de commandes venant de toute la France. « J’envoie même des travaux vers la Belgique, la Suisse avec les plantations incluses. Un travail phénoménal réalisé le soir. Faut être fou, mais c’est la passion qui l’emporte ». http://animaux-topiaire.com

Bientôt leurs premières vacances en famille

Carole et Aimeric, accompagné de Louana 2 ans et Melissa 3 ans sont Méricourtois depuis peu et apprécient le marché aux fleurs qu’il découvre pour la première fois. « C’est vraiment sympathique et convivial et très bien organisé » remarque le jeune couple qui est aussi venu pour donner un coup de main aux parents qui animent le stand restauration. « Nous fréquentons Côté parents du Centre social et d’éducation populaire régulièrement et avec les enfants les mercredis après-midi. En fait, nous participons à l’action d’auto-financement des prochaines vacances en Bretagne » expliquent Carole et Aimeric qui partiront dans les Côtes d’Armor en juillet accompagnés de leurs six enfants. « Ce seront nos premières vacances en famille. Cela va nous permettre de changer d’air et de vie » racontent avec impatience Carole et Aimeric qui ne regrettent pas d’être venus habiter Méricourt. « C’est une ville où l’on se sent bien, où il y a de l’entraide ».

Rechercher


AGENDA