Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Les professionnels de santé ont visité le futur EHPAD

Les professionnels de santé ont visité le futur EHPAD

Les travaux de l’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) touchent à leurs fins. Avant son ouverture, prévue dans le courant du premier semestre 2013, la municipalité a proposé en avant-première, une visite des lieux réservée aux professionnels de santé et des milieux sanitaires et sociaux.
Le maire les a accueillis en rappelant que la ville avait mis à disposition ce terrain de 5 hectares dans un centre urbain pour une offre de santé et de soins pour personnes âgées dépendantes. « La réalisation de voiries nouvelles pour accéder à cette structure est un investissement qui pèse tout de même 450 000 euros dans les finances de la ville » précisait Bernard Baude.
Le guide de la visite, Julien Hautreux responsable du projet pour l’aménageur Adévia, a retracé un bref historique du projet qui fut étudié en 2008 pour un chantier qui a démarré en juillet 2010. « Une trentaine d’entreprises sont intervenues et l’investissement travaux avoisine un peu plus de 12 millions d’euros. La structure comprend 120 chambres et 8 places en accueil de jour. Elles sont regroupées en quatre plots de trente chambres chacune, elles mêmes divisées en deux maisonnées de quinze ». C’est autour de ces dernières que va s’organiser la vie de l’Ehpad, à l’image d’un village.
Lors de la visite, les professionnels de santé et des milieux sanitaires et sociaux ont découvert l’établissement où ils auront certainement demain à intervenir auprès de leurs patients.
« l’Ehpad : sa particularité, c’est qu’il est composé de 120 lits avec un très fort département qui sera réservé aux patients atteints de maladie d’alzheimer et avec une caractéristique, une première dans le département, c’est qu’il va permettre d’accueillir (15 places) ce que l’on appelle l’handicap-vieillissant. Des handicapés de plus de 60 ans, souvent handicapé mental, ne pouvant plus rester dans leur établissement qui ne sont pas conçus pour cela » soulignait Alain Tison, président d’Apréva RMS (réalisation médico-sociale) gestionnaire de l’établissement. Aujourd’hui, des réservations portent sur plus de 50% de la capacité d’accueil, ce qui démontre une très forte demande dans la région. « Notre volonté, c’est de construire une filière gérontologique, c’est à dire faire en sorte que l’ensemble des parties prenantes médicale, médico-sociale et sociale puissent travailler en pleine coordination autour du patient » poursuivait le président. « Dès lors que le patient entre en résidence, il me paraît tout à fait normal qu’il puisse conserver son médecin traitant, son infirmière, son kiné etc. C’est très déstabilisant pour un résidant d’avoir à changer. Ces professionnels de santé pourront continuer à intervenir à l’intérieur de l’établissement en sachant que les pratiques nécessitent une coordination aux soins ».
Stupéfait par la beauté, la grandeur et la répartition du bâtiment, Jean-Denis Takerkart, kinésithérapeute, est conquis par cet outil formidable. « La prise en charge de nos anciens qui ont des problèmes de santé me paraît vraiment assurée. Pour nous, qui intervenons à titre libéral dans ces structures, le libre choix du patient est respecté et c’est important ».
Une visite très bien organisée selon Tony Lambert, médecin généraliste. « Cela nous a permis d’avoir une idée sur l’organisation, le personnel qui va intervenir ainsi que du type de prise en charge et de la typologie des patients qui vont être admis ».

Rechercher


AGENDA