Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > « Les passagers du charbon »

« Les passagers du charbon »

Jeune réalisateur talentueux, Florent Le Demazel défend sa région et ses habitants. Après son premier film « Mine de mémoire », au printemps 2014, il a interviewé une vingtaine d’anciens mineurs de la commune et des environs sur leur ancien métier.
Diplômé d’un master en études cinématographiques, il termine actuellement une thèse sur la représentation du travail dans le cinéma documentaire. « A la croisée de ces deux chemins, je présente un film sur la mémoire minière et plus spécifiquement sur les représentations collectives issues de la mine ». L’enjeu pour Florent Le Demazel, c’était de voir l’évolution de ces représentations collectives aujourd’hui et de leurs implications à la fois sociales et politiques. Il a donc rencontré une vingtaine d’ouvriers mineurs dont certains étaient mineurs de fond, d’autres ingénieurs, électromécaniciens, machinistes… « Certains étaient d’origine Polonaise, d’autres Marocaine et l’idée c’était d’essayer de voir comment eux, percevaient leur travail et comment ce travail en dehors des heures de fond pouvait marquer la vie dans la cité, dans les quartiers, en France et même au niveau international. Quelle vision du monde avaient-ils à cette époque et comment elle a évolué aujourd’hui, 30 ans après la fin des derniers puits dans la région ».
Après ces nombreuses rencontres, la principale matière de ce film reste la parole. Ce sont essentiellement des témoignages d’anciens ouvriers auxquels s’ajoute celui d’un historien de la région lilloise, Pierre Outteryck, « qui m’a beaucoup appris aussi sur la mine à la fin du XIXe siècle et déjà les premières migrations. Enfin, le troisième élément de ce film, c’est ma parole car c’est moi qui fais le lien entre tous ces témoins, même si certains se connaissent et se côtoient ».
Ce film documentaire, c’est aussi un point de vue subjectif sur une histoire et tout le travail du réalisateur a été d’essayer de montrer et de faire ressortir de cette histoire ce qui peut nous être utile dans le présent. « Aujourd’hui c’est récurrent, on parle toujours de l’immigration de manière négative, et ce que j’ai essayé de montrer c’est que, dans l’histoire, cela a été un apport inestimable et que la France ne serait jamais devenue ce qu’elle est aujourd’hui sans l’immigration, quel que soit le pays d’où ils venaient » souligne encore Florent Le Demazel qui n’a pas simplement mis en avant une histoire d’immigration et d’ouvriers, mais aussi comment ces hommes ont réussi leur intégration par le travail, par l’organisation politique, par les loisirs.
- « Les passagers du charbon » sera diffusé ce mardi 20 janvier à 20h00 à l’Espace culturel et public La Gare, rue de la gare à Méricourt. Entrée gratuite. Réservations conseillées au 03 91 83 14 85.

Rechercher


AGENDA