Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Les habitants transforment les mots en images et inversement avec Waii (...)

Les habitants transforment les mots en images et inversement avec Waii Waii

Waii-Waii, dessinatrice, illustratrice, plasticienne actuellement en résidence exerce une immersion découverte de la ville afin de faire dialoguer son travail avec le territoire et ses habitants. Durant 3 mois, Marion Pédebernade rencontre les habitants, membres d’associations, écoliers, collégiens, enfants des centres de loisirs, résidants du foyer Henri Hotte… Et inversement, les Méricourtois viennent aussi la rencontrer à l’espace culturel La Gare.
« Cette résidence a un but un peu particulier car ce n’est pas une résidence de création, même si aujourd’hui je le fais sur les vitres de la médiathèque. C’est surtout une résidence qui me permet de créer avec les habitants » précise l’artiste qui a déjà rencontré beaucoup d’écoles, des associations sur des projets participatifs où les gens sont amenés à se familiariser avec sa démarche. « Je fais tourner dans la ville une bibliothèque miniature en bois pour collecter les rêves dans des boites d’allumettes. J’aimerai collecter le rêve de tous les habitants petits et grands pour faire en sorte qu’ils soient ensuite partagés ».
L’écriture n’étant pas forcément facile, tout comme le dessin, les personnes sont libres d’investir la boite comme elles le souhaitent. « Cela peut être des photos découpées, des images de magazine, de l’écriture, un texte que l’on aime beaucoup où l’on a découpé des phrases, des mots… ».
Avec les écoliers et les équipes enseignantes, l’artiste prend son travail à contre-pied. « Souvent j’imagine des images à partir de mots qu’on me donne et j’ai vraiment envie de travailler sur ce passage entre le mot et l’image ». Une sorte de va et vient s’instaure avec les jeunes écoliers. « Chaque semaine je donne un mot et les enfants ont une semaine pour l’illustrer. Ce sont des projets expérimentaux, le but n’est pas d’apprendre à dessiner mais d’essayer de revenir à des bases de mon travail sur la transformation des mots en images et l’inverse ».
- Tout ce travail sera restitué au travers une exposition présentée à l’Espace culturel La Gare du 16 novembre au 16 décembre avec dans un même temps des collages qui vont envahir l’espace urbain de la ville.
- Publié le 11/11/2016

Waii Waii, du rêve dans ses dessins

Waii Waii est née dans les Landes sous le nom de Marion Pédebernade.
« Un nom de famille imprononçable et difficile à écrire, alors en tant qu’illustratrice je me suis trouvé un nom d’artiste. Lorsque j’étais étudiante, je mangeais des nouilles chinoises et sur l’emballage il y avait écrit Waii Waii qui veut dire miam miam dans la culture asiatique. Voilà l’explication ».
Après une formation aux beaux arts d’Orléans en communication visuelle, Waii Waii a posé ses valises à Lille où elle dessine, gratte, remplit, repasse, surligne, du timbre-poste au grand format dans ses carnets, sur des feuilles volantes et dans les livres qu’elle édite. « J’aime bien toucher à tout. Je dessine depuis que je suis toute petite et j’en ai fait mon métier ». Très influencée dans sa jeunesse par les mangas et la culture japonaise, mais aussi par l’art contemporain, Waii Waii est très attachée au livre, à la lumière de la bande dessinée et aime travailler l’objet livre et le volume avec une farouche envie de dessiner.