Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Les Restos du cœur, une aide hebdomadaire indispensable

Les Restos du cœur, une aide hebdomadaire indispensable

Commencés le 26 novembre, les Restos du cœur vont prendre fin le 25 mars. La 29e campagne hivernale va s’achever sur un même constat : Les plus démunis sont toujours plus nombreux et la pauvreté touche désormais toutes les catégories sociales.

Cette réalité, les bénévoles de Méricourt la vivent au quotidien. La détresse est toujours présente et l’activité ne cesse de croître. « Nous avons distribués plus de 600 repas chaque semaine pour des familles, mais aussi des personnes seules, des jeunes, des retraités » révèle Nicole Demuynck, la responsable de l’antenne méricourtoise des Restos du cœur. « Ce rendez-vous hebdomadaire nous permet d’ouvrir le dialogue avec ces personnes. Nous sommes à leur écoute et parfois même ils nous arrivent de les conseiller, voire les orienter pour démêler certains papiers administratifs par exemple ».
Un contact apprécié par les bénéficiaires car avec ces colis, de l’attention et de la compréhension sont aussi distribuées par la douzaine de bénévoles actifs au sein de la maison de la solidarité. Actifs aussi en amont à cette journée pour préparer la veille toutes ces denrées fournies par l’entrepôt départemental des Restos du cœur basé à Dainville et convoyées grâce à la municipalité.
Que ce soit les surgelés (viandes, poissons etc.) les produits laitiers (œufs, lait, yaourts et fromages) ou encore les conserves, les pâtes, le riz ou les légumes frais et les fruits, tout est comptabilisé pour permettre une redistribution équitable à chacun. « C’est tout un calcul par points que nous effectuons selon les compositions des familles pour préparer les produits secs et les produits frais » précise Nicole Demuynck qui s’active avec son équipe durant plus de trois heures chaque lundi. Un travail qui s’exécute naturellement, avec simplicité et dans la bonne humeur. « Chacun sait ce qu’il a à faire. Parfois, nous revenons dans la semaine préparer un colis d’urgence sur une demande du CCAS pour dépanner une personne ou une famille dans le besoin ».
L’équipe de l’antenne de Méricourt propose aussi par le biais de sa bibliothèque une collection d’environ mille livres disponibles à emprunter gratuitement, ainsi que des moments de détente comme en décembre dernier où elle a invité les bénéficiaires à participer à une sortie au musée de Harnes. « Une action qui n’aurait pu avoir lieu sans le précieux soutien financier du FPH. Tout comme l’arbre de Noël organisé en partenariat avec les trois autres associations caritatives et le CCAS de la ville » ajoute encore la responsable qui sait que si la campagne touche à sa fin, pour beaucoup la détresse est malheureusement toujours présente. « L’année passée, un monsieur d’une soixantaine d’années a pleuré lors de la dernière distribution et il nous a dit ’Vous allez me manquer’ » témoignent les bénévoles. D’autres leur ont écrit des petits mots reconnaissants et de remerciements. « On se sent vraiment utile et cela nous fait chaud au cœur ».

Rechercher


AGENDA