Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Le diamant a brillé pour les époux Garlinski

Le diamant a brillé pour les époux Garlinski

Le samedi 21 mai, le maire, Bernard Baude, a célébré les noces de diamant de Thérèse et Henri Garlinski. Soixante ans plus tôt, le 19 mai 1956 en cette même mairie, Thérèse et Henri avaient unis leurs destins.
Thérèse, née Czarnecki, le 28 Décembre 1936 à Méricourt avait un papa mineur de fond. A 14 ans elle quittait l’école après le certificat d’étude pour devenir employée à l’usine de filature à Hellemmes durant cinq ans. A son mariage, elle cesse de travailler pour élever sa famille.
C’est à Sallaumines qu’Henri a vu le jour le 17 Décembre 1934, dans une famille de mineur. C’est aussi à 14 ans et avec son certificat d’étude qu’il quittait l’école. A 16 ans, il commence comme mineur de fond à la fosse 4/5 Sud durant 8 ans, avant de remonter au jour. « Une loi permettait aux personnes de moins de 30 ans et atteint de silicose de ne plus être au fond. C’était mon cas » précise Henri qui deviendra machiniste d’extraction. Mais dans l’exercice de cette fonction, il est victime d’un grave accident. Grièvement blessé et après 7 jours de coma, il perd son œil.
Sa force de caractère et son courage lui permettent de remonter la pente et il reprend très vite son travail de machiniste d’extraction. Il sera le seul à exercer ce métier avec précision et avec un seul œil valide.
Durant sa carrière, Henri aura à affronter d’autres périodes très difficiles comme cette catastrophe du 11 février 1958, tuant onze mineurs. Une date qui reste encore aujourd’hui gravée dans sa mémoire.
Mais pour revenir à des événements plus gais, le maire a rappelé la période de leur première rencontre. Tous les deux vivaient à la cité du Maroc. « Thérèse habitait la rue Charles Lecoq, la 5e rue, comme on disait à l’époque et Henri la 3e rue (Léo Delibes) » précisait Bernard Baude. Ils se rendaient à la jeunesse ouvrière catholique. A l’école Mermoz, les filles faisaient du théâtre et les garçons jouaient football dans la cour. « C’était en 1951, vous aviez respectivement 15 ans et 17 ans. Le papa de Madame était réticent, mais au bout de cinq ans, il a accepté le mariage ».
Thérèse et Henri décident alors de fonder une famille et Véronique nait en 1957, puis les jumeaux Eric et Sabine en 1962. Depuis six petits-enfants sont venus agrandir la famille, ainsi qu’Ethan, un arrière petit-fils.
Aujourd’hui, Thérèse et Henri profitent pleinement de leur famille et entre le jardinage, les mots croisés et la cuisine, ils s’offrent de temps en temps, un bon bol d’air en se rendant à Stella-Plage.
- Publié le 24/05/2016
JPEG

Rechercher


AGENDA