Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Le 19 mars 1962, une date de l’histoire à jamais gravée

Le 19 mars 1962, une date de l’histoire à jamais gravée

Le samedi 19 mars en fin de journée, le 54e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie a été commémoré en présence des élus, des représentants des associations patriotiques, des sociétés locales et de la population qui se sont rassemblés au cimetière communal.

La cérémonie a débuté par un hommage aux six Méricourtois tombés en Afrique du Nord. Le maire, Bernard Baude et Victor Szymendera du comité local de la FNACA ont fleuri les tombes de Gérard Demory (débarqué à Casablanca le 2 décembre 52, a perdu la vie 20 jours après à Ouarzazat au Maroc), Stanislaw Nogorzanski (parti en Algérie, a trouvé la mort le 20 février 1959. Il avait 30 ans), Claude Réveillon (tombé dans un conflit injuste comme ses camarades. Une rue de Méricourt porte son nom), Jean-Claude Lampin (à 21 ans, il trouve la mort le 20 juillet 1959 près de Sétif), Maurice Germain (tombé le 12 décembre 1956 au 21e km de la route de Yuelma. Il avait 31 ans) et Joseph Lenne (Près de Constantine, sa jeunesse fut brisée à l’âge de 21 ans).
La cérémonie s’est poursuivie à la stèle de la FNACA où des dépôts de gerbes ont été effectués par Jeanine Humetz et Alain Dupont au nom de la FNACA et par Marianne Lenne et Laurent Ducamp, adjoint, pour la Municipalité.
La Maîtresse de cérémonie, Patricia Hochedez s’est ensuite chargée de lire le message officiel du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la défense en charge des Anciens Combattants et de la mémoire.
Après lecture de l’ordre du jour du général Ailleret par Victor Sustar, Jacques Lecointe, président local et départemental de la FNACA, a donné lecture du manifeste national de la FNACA qui rappelle en substance que les dates de fin de conflits qui se doivent d’être commémorés avec ferveur et clairvoyance, « c’est le 19 mars 1962, date du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie. Une date de l’histoire gravée dans le marbre sur l’autel de la République. Cette journée nationale du souvenir, c’est l’hommage solennel de la France à nos 30 000 frères d’armes… ».
Pour terminer, Bernard Baude a réitéré le soutien de la Municipalité envers la FNACA. « Nous serons toujours à vos côtés dans vos justes combats et revendications qui sont les vôtres afin que la Nation vous respecte ».
-  Publié le 21/03/2016

Rechercher


AGENDA