Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > La Cantine et le Centre social d’éducation populaire inaugurés

La Cantine et le Centre social d’éducation populaire inaugurés

Le vendredi 5 avril, c’est un bâtiment de haute qualité environnementale, abritant La Cantine et le nouveau Centre social d’éducation populaire, qui a été inauguré. L’aboutissement de 10 années de travail, de réflexion, de cassements de tête pour ce projet hors-norme.
Au cœur de l’écoquartier, lui même au centre géographique de la ville, vivent l’Espace culturel et public La Gare, la micro-crèche La Courte Echelle et désormais La Cantine et le Centre social d’éducation populaire. Une offre publique non négligeable au service des Méricourtois.
Alors au moment d’inaugurer cette nouvelle structure, planait une certaine émotion, mais aussi de la fierté.
« Ce bâtiment, il est double. Une cantine pour les enfants qui pourront venir manger pendant la pause méridienne de l’école, mais aussi le mercredi et toutes les vacances scolaires pendant les centres de loisirs. Et le nouveau Centre social, parce que l’activité d’éveil du Centre ne peut pas se faire si on ne pose pas la question de la mise à disposition de l’intelligence à chacun, et cela s’appelle de l’éducation populaire » affirmait Bernard Baude.
Un bâtiment qui s’adresse de façon importante aux enfants et qui fera en sorte que les générations se croisent, échangent et fassent vivre une telle structure. Et le maire insistait sur le fait que cette année (le 20 novembre) marquera, le 30e anniversaire de la convention internationale des droits des enfants.
Puis il a salué le travail des bâtisseurs. « Nous avons tenus à inviter les ouvriers du bâtiment pour revaloriser le travail et le droit au travail ». En référence à la chanson de Bernard Lavilliers, Bernard Baude leur a dit qu’ils avaient des mains d’or. « Ils nous en ont fait la démonstration sur ce chantier qui aura fait travailler l’équivalent d’une année pleine, 163 équivalents temps plein ».
Au cœur de cette structure lumineuse et ouverte et devant les nombreux élus, représentants de l’Etat, de la Région, du Département…, il a salué la prouesse architecturale et le défi relevé par le cabinet Houyez-Debrock. Le maire a rappelé les nombreuses fois où les plans ont dû être revus pour y intégrer une Agora, ni trop grande, ni trop petite, au centre social ou une salle de restauration près des enfants, émanant de nouvelles idées émises par les habitants et la municipalité. « Avec nous, Jérôme (Houyez) tu as appris une conception pédagogique qui nous tient à cœur sur la question du faire avec et d’y associer les gens. Parce que nous, on pense que la répétition ce n’est jamais bon. Il faut imaginer et surtout, il faut être têtu. Entre l’idée que nous avons eue et aujourd’hui, il s’est passé 10 ans. Et il ne faut pas considérer cette journée comme un épilogue, mais surtout comme un prologue d’une aventure qu’il nous faut continuer et toujours renouveler ».
A la fin du mois, du 27 avril au 5 mai, les Méricourtois sont invités à faire le tour du propriétaire afin de s’approprier ce bel équipement.
- Publié le 09/04/2019

La Cantine et le Centre social d’éducation populaire en quelques chiffres

10 ans : la durée du projet
10 millions : le coût total
60 % : les subventions obtenues
294 000 : les heures de travail nécessaires à la construction (soit 163 équivalents temps pleins sur un an)
250 m2 : de panneaux photovoltaïques couvrant les besoins en électricité
30 m2 : de panneaux solaires pour fournir l’eau chaude
17 : le nombre d’agents pour le fonctionnement de La Cantine

Rechercher