Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > L’école municipale et la danse contemporaine de Nathalie Cornille

L’école municipale et la danse contemporaine de Nathalie Cornille

Se nourrir, partager, découvrir, s’ouvrir sur le monde, s’interroger, pratiquer, construire, se construire…, c’est tout cela la culture et bien plus encore à Méricourt. L’Espace public et culturel La Gare est un véritable lieu de vie en mouvement perpétuel et porteur de projets innovants comme celui des Artistes-associés (voir encadré ci-dessous). Une démarche d’implication des habitants et de résidences d’artistes.
Cette année, elle est fortement portée sur l’école municipale de danse, même si de futurs projets fourmillent avec d’autres groupes comme les habitants, les enfants des centres de loisirs, l’école de musique, les personnes âgées de la résidence Henri Hotte etc.
« Entre l’école municipale de danse et la Compagnie Nathalie Cornille, le projet a débuté en 2015 avec une première année de construction pour faire connaissance lors de petits stages comme Déambulles » rappelle Singrid Korbas, directrice des affaires culturelles. « Cette année, le travail se poursuit sur la préparation du gala de danse. Ce qui permet aux élèves et à la professeure de bénéficier d’un nouveau souffle tout en découvrant et en pratiquant un autre type de danse sans forcément dénaturer ce qui ce fait, et d’amener une touche nouvelle liée à la danse contemporaine ».
Nathalie Cornille, chorégraphe et danseuse de la compagnie éponyme de danse contemporaine, n’est pas en terre inconnue à Méricourt. Déjà en 2002 avec « Pica’songe », la troupe s’était produite autour d’un spectacle et de l’oeuvre de Picasso. « Depuis, s’est installée une certaine complicité avec Méricourt. Et du centre Max Pol Fouchet à l’Espace culturel La Gare, depuis, nous avons joué Déambulles sur le parvis de la médiathèque, Snapshot, puis Madame Butterfly avec en amont deux semaines de résidence pour sa création sans compter les échanges avec les habitants » précise la chorégraphe.
Cette fois, c’’est un partenariat avec l’école de danse où les cours sont assurés par Pascale Berzin. « Ensemble, on construit un gala de danse différent, sous forme de spectacle vivant avec un thème, une esthétique, proche de mon univers chorégraphique et scénographique ».
Nathalie Cornille n’intervient pas dans les cours, mais a ouvert deux stages durant six mercredis sur deux niveaux d’âges, afin de proposer et d’ajouter au gala des tableaux orientés danse contemporaine. Une manière de sensibiliser à cette discipline, les élèves qui pratiquent essentiellement de la danse classique et du modern jazz. « C’est aussi ouvrir un autre regard et rassurer parce que la danse contemporaine fait parfois un petit peu peur. Il est évident que ce sera différent. On essaie de garder l’esprit gala de danse, en apportant de nouvelles idées, un nouveau souffle, d’autres musiques, une autre manière de travailler. Ce sont des choix quelque fois plus tranchés, mais c’est une belle aventure qui nous réserve de belles surprises » termine Nathalie Cornille sans en dévoiler tous les secrets.
- Rendez-vous le samedi 4 juin à 20h00 pour la gala de danse « Paris sera toujours Paris » à l’Espace sportif Jules Ladoumègue. Entrée 3€, gratuit pour les moins de 12 ans. Réservations au 03 91 83 14 85.
- Publié le 27/05/2016

Artistes-associés, un partage des pratiques entre amateurs et professionnels

Avec Artistes-associés, la municipalité a enclenché une véritable réflexion de partage culturel qui s’appuie sur des objectifs politiques, avec cette volonté de toujours, de pouvoir soutenir à la fois les artistes et les compagnies dans leur travail de création et de diffusion.
Cette démarche permet le croisement des pratiques amateures et professionnelles dans divers domaines comme la musique, la danse, les livres… « Cela va nous permettre de créer, avec les artistes, ces passerelles entre les différentes disciplines et de décloisonner les pratiques, les publics et les activités » souligne Singrid Korbas, directrice des affaires culturelles. Artistes-associés, c’est aussi cette volonté d’ouvrir sur d’autres univers et d’impulser de nouvelles dynamiques dans les activités, la vie associative et de les faire partager aux habitants.
Le projet, c’est aussi cette notion de co-production. « C’est à dire une démarche d’accompagnement de l’artiste dans la création. A l’exemple de la ville qui s’est engagée avec Nathalie Cornille sur la création de son nouveau spectacle pour le tout-jeune public et qui s’appelle Pépiements ».
Ce travail fera l’objet d’une résidence de la compagnie en fin d’année. Il sera mené en partenariat avec la microcrèche, le réseau d’assistantes maternelles, les écoles… Pépiements sera programmé en janvier 2017 dans le cadre de l’action autour de la petite enfance « Moi ze veux… ».
D’autres projets Artistes-associés sont dans les cartons de la médiathèque et devraient s’enclencher prochainement.

Portfolio

Rechercher


AGENDA