Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > L’arbre, un être vivant exceptionnel

L’arbre, un être vivant exceptionnel

Pour la seconde édition du festival de l’arbre en Nord-Pas-de-Calais, la ville s’est associée à cette initiative du Conseil régional. Actuellement sur un plan de reboisement dans différents quartiers de son territoire, la commune souhaite revaloriser certains lieux en recréant des poumons verts où l’arbre tiendra toute sa place, même en ville.
« Pour cela, il faut sensibiliser le public aux enjeux du développement durable et inciter chacun à adopter des comportements responsables » affirme Gérald Bruneau, responsable des services espaces verts de la ville.
Et pour parler de cet être vivant exceptionnel qu’est l’arbre, il a fait appel à deux experts en la matière. Tout d’abord Fabrice Lepers, de la société Arbosoin, spécialisée dans le diagnostic, l’expertise, l’inventaire et le plan de gestion de patrimoine arboré. Le monde de l’arbre étant très vaste, l’idée était de présenter son fonctionnement et comment traiter les différentes pathologies, les plus courantes, et surtout voir comment éviter que ces dernières ne condamnent les arbres. « Nous parlons des maladies les plus communes. En milieu urbain, l’homme n’est pas le meilleur ami de l’arbre avec ses pelleteuses, les travaux publics, les élagages etc. » dénonce Fabrice Lepers avant d’évoquer une solution pour le moins naturelle, c’est-à-dire de planter le bon arbre à la bonne place. « Le bon sens part de la plantation. Il faut être judicieux dans le choix pour planter à la bonne place, la bonne espèce et l’accompagner à travers son évolution. On remarque que de mauvais choix de plantations ont déjà été faits et c’est dommage. Mon combat principal, c’est de planter le bon arbre au bon endroit ».
En milieu urbain, l’idéal, c’est de planter des arbres fastigiés ou des arbustes. Parmi les bonnes essences à planter, le platane a fait ses preuves à travers les siècles. « Il s’adapte bien. C’est un arbre volumineux et il y a aussi un travail de taille, d’accompagnement à travers sa croissance à avoir. Il faut adapter la forme de l’arbre en rapport à son environnement ».
Et question taille, Sébastien Breyne, le second intervenant est incollable. Il faut dire qu’il est formateur au CFA (Centre de formation d’apprentis) de Lomme. «  Je forme pour l’obtention d’un certificat de spécialisation taille et soins des arbres. On y apprend les techniques de grimper, de sécurité et tout ce qui est lié à l’arbre, la biologie, la pathologie etc. » Tout ce qui est nécessaire pour exercer le métier d’arboriste grimpeur.
L’arbre ou l’arbuste ont bien toute leur place en ville, mais il faut que cela soit réfléchi. « Avec un patrimoine vieillissant, des arbres de plusieurs centaines d’années parfois et des pathologies plus ou moins importantes, les collectivités nous sollicitent de plus en plus pour un travail à la plantation, mais aussi d’accompagnement et de conseil sur toutes les étapes de la vie d’un arbre » insiste Fabrice Lepers.
La conférence fut enrichissante pour les personnes travaillant dans une commune, les gestionnaires de patrimoines arborés, mais aussi pour tous les publics afin d’enrichir ses connaissances sur l’arbre et l’observer désormais d’une autre manière.

Rechercher


AGENDA