Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > L’arbre au cœur de son festival plutôt fruitier

L’arbre au cœur de son festival plutôt fruitier

Impulsé par la Région, le festival de l’arbre génère bon nombre d’animations pour découvrir les richesses de notre patrimoine forestier. « Même si la région reste la moins peuplée en arbres, l’idée, c’est de revaloriser et d’aider les citoyens et les communes à replanter » explique Gérald Bruneau, responsable du service environnement de la commune. « La ville s’inscrit dans cette démarche et ce festival depuis 4 ans en mettant l’accent sur le sujet au travers d’expos, conférences, ateliers et spectacles ».

Ainsi, Christian Finez présentait à l’Espace culturel La Gare son exposition (visible jusqu’au 11 décembre) sur les arbres dans un échange de mots et d’images.
Les arbres fruitiers ont tenu l’affiche de l’édition 2015 et Serge Decoupigny, président de l’association Les amis du verger, n’a pas été avare d’explications et de conseils sur les pommiers lors de sa conférence. Avec les membres de l’association, ils ont planté un verger avec près de 150 variétés toutes différentes et pour la plupart anciennes. « Un verger conservatoire, c’est à dire qu’on peut venir chercher des greffons et multiplier certaines variétés en pommes et poires » précise Serge Decoupigny qui, avec un père greffeur, faisait de même dès l’âge de 5 ans. Entretenant depuis cette passion, il s’intéresse un peu plus sur les variétés anciennes qui ont une certaine résistance aux maladies et particulièrement les cryptogamiques. Il a aussi présenté quelques spécimens aux noms qui sonnent bon le terroir comme la Sang de bœuf, la Cabarette, la Marie doudou, la Court pendu et la Lanscailler, une classique de notre région.
Dans un atelier pressage, les enfants ont découvert les secrets de fabrication et de transformation des pommes et leurs saveurs. « Au niveau du goût, on peut parler de sucre, d’acidité, d’amertume, de jus. La pomme est un ensemble d’éléments avec des dominantes ». Les participants ont été invités à broyer les pommes afin d’obtenir une mouture. Cette dernière mise dans le pressoir, c’est à la force de leurs bras qu’ils en ont tiré un jus bien agréable au goût. « La filtration le débarrasse de ses impuretés. Reste à pasteuriser ce jus avant de le mettre en bouteille ».
Le festival s’est terminé avec la Compagnie Sens Ascentionnels qui a invité le public a regardé notre monde de biais au détour de leur spectacle Oblique, qui traite de l’équilibre écologique et social.

Rechercher