Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Jobs d’été : Des jeunes motivés pour travailler

Jobs d’été : Des jeunes motivés pour travailler

Il existe plusieurs dispositifs pour permettre aux jeunes d’accéder à l’emploi, à la formation. Par l’accueil de stagiaires dans ses services ou l’embauche d’animateurs pour ses centres de loisirs, la ville est engagée pour sa jeunesse comme au sein de sa structure abritant le PIJ (point information jeunesse) et la mission locale ou de son dispositif de parrainage citoyen, une expérience collective avec un parrain pour soutenir un jeune sur une recherche d’emploi. Et puis, il a aussi les jobs d’été qui existent à Méricourt depuis 2013.
Une soixantaine de jeunes en a déjà bénéficié et cet été, 16 filles et garçons ont été retenus. « Ces jeunes ont postulé auprès de la mairie et été reçus en entretien pour exposer leur motivation » explique Salah Brik, responsable de la maison des jeunes en charge d’encadrer les jobs d’été. Huit Méricourtois honorent actuellement un contrat de deux semaines pour exécuter en peintures des aires de jeux dans les cours de récréation des écoles de la commune. Un projet qui s’intéresse à l’état de forme des enfants, appelé « Savoir Bouger » (voir encadré ci-dessous).
« Ce sont des jeunes motivés et engagés dans une démarche de travail volontaire pour cette première session. Un groupe dynamique qui prend des initiatives ».
A raison de 35 heures par semaine et rémunérée sur la base du Smic, pour la majorité d’entre eux, c’est une première expérience professionnelle avec en soutien Daniel Berteloot, agent des services techniques. Un travail qui contribuera à financer leurs projets, poursuivre leurs études, se former…
Jusqu’au 28 Juillet un premier groupe s’active à donner de la couleur aux cours de récréation en réalisant des ateliers sportifs pour les écoliers.
Du 31 juillet au 11 août, une nouvelle session identique de quatre filles et quatre garçons prendra le relais. Des jeunes heureux de travailler pour gagner de l’argent tout en se forgeant une chouette expérience dans la vie active.
Pour l’année prochaine, les jeunes méricourtois qui souhaiteraient postuler aux jobs d’été devront être âgés au minimum de 17 ans et adresser leur candidature, une lettre de motivation et un CV à Monsieur le maire avant le 18 mai 2018.

Rencontre avec trois jeunes au travail

Florent, 18 ans, sera à la rentrée en terminale pour devenir technicien en chaudronnerie industrielle. « J’ai déjà vécu une première expérience professionnelle dans la cadre de mes études, mais là, c’est un véritable travail payé. Je cherchais pour l’été pour pouvoir commencer à financer mon permis et lorsque j’ai su que la ville recrutait des jeunes, j’ai envoyé ma candidature. Avec le groupe nous travaillons sur plan et notre encadrant est toujours présent pour nous expliquer et surtout nous conseiller. Les jobs d’été, c’est bien, ça permet d’aider les jeunes à avancer dans la vie, à se forger une expérience professionnelle. C’est motivant ».

Marine, 18 ans, se réoriente vers le commerce à la rentrée. « Une amie a déjà fait ces jobs, alors j’ai postulé. Cela va me permettre de financer en partie mon permis nécessaire pour la suite. Ces jeux, c’est bien pour les enfants, à mon époque, il n’y avait que des marelles. Jusqu’à présent, le travail de peinture ne s’était limité qu’aux murs de ma chambre. Au sol, c’est un peu plus compliqué, mais avec Daniel, on apprend les techniques et on doit reproduire ce qui nous est demandé sur le plan. C’est très précis. Pour un jeune motivé et qui veut gagner de l’argent, les jobs d’été c’est intéressant ».

Quentin, 20 ans, préparera à la rentrée sur une licence professionnelle en informatique. « Pour cet été, j’ai postulé un peu partout pour trouver un job et financer mes études et heureusement que Méricourt a retenu ma candidature. C’est une ville très attentive par rapport aux jeunes. C’est carrément une nouvelle expérience, ça m’apprend comment peindre et cela peut me servir par la suite. Nous travaillons 35 heures par semaine, en équipe avec un chef. On apprend aussi à se connaître. Les jobs d’été, c’est un excellent moyen de gagner de l’argent et de voir comment cela se passe dans le monde du travail ».
- Publié le 21/07/2017

« Savoir Bouger »

Le projet émane de l’association « Irfo » (Institut des rencontres de la forme) avec qui la ville a établi une photographie de l’état de forme des enfants de Méricourt.
« Ce diagnoform consistait en une série de 5 tests sur les grandes familles de gestes sportifs (course, saut, lancer…) qui s’apparentent aux activités athlétiques » précise Christophe Talaga, responsable du service municipal des sports dont les activités se sont axées sur le sport-santé. Un des volets de ce projet « Savoir Bouger » était de réaliser des ateliers sportifs (carré magique, piste sécurité routière, chemin des animaux, cibles, marelles, escargot…) dans les cours des écoles. « Ils ont été conçus en concertation avec les équipes enseignantes de chaque école et en fonction de leurs souhaits, des aires de jeux différentes sont réalisées dans chaque cour. Prévus d’être réalisés l’été pour des raisons de météo, ces tracés permettent à la municipalité de recruter des jeunes en jobs d’été ».
Ecoliers et enseignants s’approprieront ces ateliers à la rentrée et les enfants lors des récréations en y inventant leurs propres règles. Et avec pour objectif commun, de bouger tout le temps.

Rechercher


AGENDA