Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Il y a 73 ans, la fin du cauchemar

Il y a 73 ans, la fin du cauchemar

Une nouvelle fois, à Méricourt comme partout en France, une date glorieuse de l’histoire a été commémorée, celle du 8 mai 1945, jour de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie.
« Pour tous les français, comme pour tous les peuples, ce fut alors une grande fête de la paix, de la liberté, de l’indépendance nationale reconquise, au prix d’immenses et douloureux sacrifices » soulignait le représentant local de l’association des Anciens Combattants.
Dans ce message de fraternité et de paix de l’Union Française des Associations de Combattants et des Victimes de Guerre, Guy Blanc rappelait que durant ces années noires et sombres de cette triste période, les cheminots s’étaient battus pour chasser l’occupant nazi, mais aussi pour reconstruire une France nouvelle où s’affirmeraient le progrès et la démocratie sur la base des options du programme du Conseil National de la Résistance. « Commémorer le 8 mai 1945 ne saurait donc se réduire à raviver le souvenir d’une journée historique particulièrement chère aux survivants qui l’ont préparée et à mettre les plus jeunes en contact avec le passé. Il faut aussi saisir l’actualité, en tirer les enseignements toujours vivants pour notre présent ainsi que pour notre avenir ».
Après avoir salué Diégo, porte drapeau junior et trois jeunes musiciens qui effectuaient leur première sortie avec l’harmonie municipale, le maire, Bernard Baude, mettait l’accent sur une obligation d’histoire qui soit utile pour tous au présent. « Et si ce 8 mai 45, pour vous les jeunes du collège, pour vous tous, doit être utile, il doit être utile sur une dualité. Ne jamais oublier qu’on doit notre liberté, face à toutes les formes de fascisme, à des gens qui ont donné leur vie pour ça. Et l’autre aspect, c’est qu’il faut construire et peut être que le message fort du 8 mai 1945, c’est tout le projet du conseil national de la résistance. Et plus que jamais, c’est ça la modernité ».
Auparavant, la cérémonie avait permis de fleurir le cénotaphe et les tombes soviétiques. Enfin, des gerbes ont été déposées à la stèle de l’arbre de la paix par les Anciens Combattants et la Municipalité.
- Publié le 09/05/2018

Rechercher


AGENDA