Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Hommage aux 11 mineurs tués dans la chute d’une cage

Hommage aux 11 mineurs tués dans la chute d’une cage

Le 11 février 1958, la mine a encore tué. Un treuil se casse et la cage chute pour se fracasser au fond du puits en quelques secondes, entraînant la mort de 11 mineurs et plongeant autant de familles méricourtoises dans le deuil et la détresse. Le samedi 11 Février en fin de matinée, un hommage leur a été rendu.
Voilà 59 ans, le 11 février aux alentours de 6h.45 à la fosse 4 sud de Méricourt, à 900 mètres sous terre, onze hommes ont pris place dans la cage du puits de bure pour remonter de 130 mètres et atteindre le chantier de la veine Saint Alfred. A la vitesse de trois mètres par seconde, la cage s’élance vers le haut, lorsqu’aux deux tiers du parcours, l’arbre du treuil se casse. En cinq secondes et à 100 km/heure, la cage se fracasse au fond du puits dans un bruit effroyable. Les onze mineurs sont morts.
Ils s’appelaient Roger Bernard (25 ans), François Carlier (20 ans), Joseph Dehay (31 ans), Roger Duriez (25 ans), Camille Hanot (34 ans), Victor Janczak (21 ans), Théodore Kulczewicz (20 ans), Luigi Pezzini (29 ans), Gérard Rybes (21 ans), Jean Szewczyk (29 ans) et Germain Willerval (49 ans). Onze camarades qui rejoignaient la longue liste des mineurs morts sur leur lieu de travail. Un drame qui a plongé dans le malheur onze familles et dix-sept orphelins.
Plus d’un demi-siècle après, l’émotion était palpable samedi matin lorsque les anciens mineurs, les élus, emmenés par le maire Bernard Baude, et la population ont rendu hommage aux victimes en déposant des fleurs au pied de la stèle.
Une stèle érigée au rond-point des droits des enfants, un lieu respectueux pour la corporation minière, près de la réplique du chevalement du 4/5 sud. Un lieu symbolique et chargé d’histoire qui fait en sorte que notre mémoire reste intacte.
- Publié le 13/02/2017

Portfolio