Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Histoire médiévale au second marché aux fleurs

Histoire médiévale au second marché aux fleurs

A quoi pouvait ressembler la vie aux XIIe et XIIIe siècles ? Pour le découvrir, il suffisait d’être présent au second marché aux fleurs organisé par la municipalité et ses services culturel et espace vert.
Au terme d’un défilé revendicatif pour la fête du travail et après avoir découvert l’exposition « Que fais-je ici » (rencontre-débat sur la question des migrants dans notre région le mardi 13 mai à 19 heures à l’espace culturel La Gare), les participants se sont rendus à l’arborétum qui accueillait dans son écrin de verdure à deux pas du centre ville et au cœur du futur éco-quartier bon nombre de professionnels des fleurs, mais aussi de cultures et de produits régionaux.
Une vingtaine de stands (8 de plus qu’en 2013) à laquelle se sont associées des associations locales liées à l’environnement avec Ch’bio gardin et les Jardins partagés mais aussi à la famille et l’enfance avec PEF (parents-enfants-familles), les animateurs de l’accompagnement à la scolarité et Les Débrouillards.
Après l’ouverture officielle par le maire Bernard Baude, le public a découvert sous le soleil un beau marché aux fleurs avant de se perdre dans les couloirs du temps, grâce à l’association "Les gardiens des 7 Besants d’or" qui avaient reconstitué un campement médiéval.
Démonstrations de combats, scènes de la vie quotidienne, tournois de l’époque ont attisé la curiosité des visiteurs comme celle de ce couple Méricourtois, Brigitte et Gérard et leur maman Danielle de Tourcoing : « C’est une belle fête conviviale et ces animations médiévales sont supers. C’est la première fois que l’on vient et je pense que si le soleil persiste on va revenir cet après-midi ».
Malheureusement la pluie s’est invitée, mais Dame Cornélie aura eu le temps de raconter ses croustillantes histoires décrivant la vie paysanne de l’époque tout en pétrissant son pain avant de le mettre à cuire dans un four en torchis. Tout près, jeunes et moins jeunes découvraient les stratégies de combat du moyen âge en s’initiant à l’escrime médiéval.
Pendant ce temps, l’ambiance était donnée par les musiciens en costumes d’époque de la formation Bostekop, alors qu’un peu à l’écart, le jeune Alexandre exprimait ses talents de sculpteur à coups de tronçonneuse à même un tronc d’arbre. De quoi passer une excellente journée du 1er mai.

Rechercher


AGENDA