Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Et si la bibliothèque était un lieu « au milieu de tout » ?

Et si la bibliothèque était un lieu « au milieu de tout » ?

C’est à l’espace culturel et public La Gare que l’association des bibliothécaires de France, région Nord, avait donné rendez-vous à ses adhérents.
La journée a démarré par l’assemblée générale annuelle qui présentait les résultats des élections pour le renouvellement du conseil d’administration ainsi que les rapports d’activité et les projets pour 2013. Les participants ont ensuite eu le plaisir de visiter la médiathèque, guidés par le directeur Cyril Titz, avant de poursuivre la journée, avec le groupe régional Nord-Pas-de-Calais autour de la notion forte de bibliothèque en tant que lieu. Nouveaux lieux, nouveaux services, la journée s’est articulée autour d’intervenants qui ont permis le débat et la mise en perspective des différents points de vue.
« C’est un concept de troisième lieu qui est volontiers développé ces temps-ci autour des médiathèques et bibliothèques municipales. Le troisième lieu est quelque chose d’assez séduisant qui veut poser la bibliothèque comme un espace social de rencontres et de créations entre les deux autres lieux que sont le lieu du domicile et le lieu du travail » expliquait Bertrand Calenge, directeur des études de l’Enssib, (Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques). Une école qui forme les cadres supérieurs de toutes les bibliothèques, municipales, départementales, universitaires en France et assure un programme de formation continue important pour ces professionnels.

Un lieu public accessible à tous

Ce troisième lieu est purement social, choisi autour du savoir, de la culture et de la rencontre pour l’ensemble des habitants. « Faut bien se rendre compte que la bibliothèque aujourd’hui est effectivement un des très rares lieux publics totalement ouvert, gratuit, accessible à tous quel que soit l’âge ».
Affirmer le troisième lieu, c’est affirmer la nécessité de le rendre « vivant, accueillant, convivial selon Bertrand Calenge. Et je crois que la médiathèque La Gare de Méricourt est une réussite dans ce domaine. C’est un volume agréable qui aménage différents espaces en fonction des usages avec un espace numérique qui accueille plein d’ados en train de surfer sur le web, plus loin un espace où des enfants peuvent se réunir pour écouter les contes, des espaces de travail, d’écoute, un auditorium pour des débats, des rencontres… Et bien entendu, tout un ensemble de livres mais aussi des ordinateurs pour permettre l’accès au savoir ». La journée était organisée autour de créations emblématiques de médiathèques qui ont voulu renouveler l’idée de la bibliothèque. Ont été évoqués le projet de la médiathèque du Grand Angoulême et la médiathèque Marguerite Duras de Paris. Bertrand Calenge a conclu la journée par une réflexion plus générale sur ce troisième lieu. « Et sur la nécessité de ne pas se limiter au confort et à l’agrément des lieux pour conserver la volonté sociale et ambitieuse de partager du savoir, d’élever le niveau de savoir collectif des habitants et de la population et d’en faire un projet bibliothécaire et pas seulement un projet de confort ».

Rechercher


AGENDA