Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Dans l’univers graphique d’Emmanuelle Houdart

Dans l’univers graphique d’Emmanuelle Houdart

La Médiathèque de l’Espace culturel La Gare a plongé son public dans l’univers graphique, animant à la fois le merveilleux et le monstrueux, d’Emmanuelle Houdart, auteure et illustratrice de livres pour la jeunesse.
Jusqu’au 19 mars, les visiteurs sont invités à découvrir l’exposition des planches originales « Monstres malades », adaptée de l’album éponyme. Au cœur de l’auditorium, se dressait également une yourte où chacun peut s’y réfugier, se blottir et découvrir les textes, mais aussi les images douces et poétiques de l’artiste.
« Cette yourte, je l’ai créée et le centre de l’enfance de Tinqueux l’a réalisée en volume. Ils ont fait quelque chose de très proche de ce que je souhaitais. A l’intérieur, sur les coussins, on peut aussi lire le texte d’un côté et retrouver l’illustration sur l’autre face. Il y a autant de coussins que de pages dans le livre. C’est aussi une autre façon de lire et cela peut aussi être merveilleux pour des bébés » expliquait Emmanuelle Houdart. Née dans un petit village de la montagne Suisse, l’artiste qui habite à Paris depuis qu’elle fait ce métier, c’est à dire une vingtaine d’années, est venue quatre journées afin de présenter cette yourte, mais aussi une exposition d’un de ses livres et d’autres images et reproductions de son travail.
Emmanuelle Houdart a également animé des ateliers pour les enfants. « Ces ateliers ont un côté merveilleux qui part de mon livre « Abris ». C’est un livre qui incite à chercher nos ressources quand cela va mal. Comment fait-on pour se protéger ? Si il y a un danger, on ira auprès de qui pour se rassurer, se consoler et cela à tous les âges de la vie, du nourrisson au vieil homme ».
Dans cet atelier, appelé « Mon manteau abris », les enfants ont dessiné un manteau qui les protégera de tout. « Alors ils ont identifié ce qui les inquiète, les soucie, les met en danger et ont créé un manteau qui les protégera infiniment. Dans ce genre d’atelier, je vis beaucoup de choses et cela abouti sur une panoplie de manteaux merveilleux » se satisfait l’artiste qui aime partager sa pratique artistique. « C’est beaucoup plus qu’un refuge, c’est une façon de vivre que je transmets. Le dessin, la pratique d’un art, c’est nourrissant et cela permet de se renforcer, de mieux savoir qui on est, pour résister au monde ».

Rechercher


AGENDA