Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Collégiens et écoliers archéologues pour étudier les premières (...)

Collégiens et écoliers archéologues pour étudier les premières écritures

Pour étudier la naissance des premières écritures, Peggy Garbe, enseignante en arts plastiques, a eu l’idée lumineuse de mettre les élèves en situation de vivre toutes les étapes d’une fouille scientifique.
« Une fausse fouille archéologique pour finaliser le projet, lancé depuis septembre. Il consiste à étudier les premières écritures » poursuit l’enseignante du collège Henri Wallon.
Après s’être rendu au musée du Louvre-Lens pour visiter l’exposition « L’histoire commence en Mésopotamie », les élèves ont commencé par imaginer les objets d’écriture improbables. « Ils ont travaillé par binôme dans un groupement d’élèves de CM2, de 6e et aussi de SEGPA (Section d’enseignement général et professionnel adapté) en suivant l’exposition grâce à un livret imaginé par les enseignants ».
Un projet, en partie financé par le Département, qui intègre parfaitement le cadre de la liaison CM2 et 6e. « Nos élèves de 6e ont fabriqué de faux vestiges en jouant les faussaires. Et ces vestiges ont été cachés dans trois sites aménagés au sein de l’établissement ».
Les trois sites ont été fouillés et les élèves ont découvert divers objets qu’ils ont ensuite analysés. A partir de fiches ils ont comparé l’objet trouvé aux vrais vestiges qu’ils ont découvert lors de l’exposition et essayé de comprendre sa fonction.
« C’est le prolongement de la visite de l’expo et en les mettant face à une vraie fouille, cela leur fait prendre conscience de tout le travail effectué avant de découvrir ces objets dans un musée » affirmait Peggy Garbe qui a souligné l’investissement de ses collègues de français, d’histoire, de mathématiques qui ont conçu des exercices à partir de jetons de comptabilité d’époque mésopotamienne.
Avec l’aide de la documentaliste et à l’issue de leur analyse, les collégiens ont conçu un texte expliquant ce qu’ils ont trouvé dans leur fouille. Ces traces écrites seront ensuite retravaillées en cours. Et l’avantage de ce projet permet aux CM2 de profiter de ce qu’ont appris les 6e et les élèves de SEGPA qui ont collaboré à concevoir et cacher les objets auparavant. En passant par la pratique, collégiens et écoliers porteront désormais un autre regard sur les œuvres présentées dans un musée.
- Publié le 29/06/2017

Portfolio

Rechercher


AGENDA