Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > Au Méricourt Judo : Les mondiaux vétérans et la PPG

Au Méricourt Judo : Les mondiaux vétérans et la PPG

Trop souvent négligés, les exercices physiques méritent pourtant toute l’attention des sportifs ou non. Au Méricourt-Judo, chaque samedi matin, une séance de PPG (préparation physique générale) se déroule salle Fabien Canu.

L’objectif de la PPG est de renforcer de façon équilibrée et globale tout le système musculaire et articulaire. « Les séances de PPG sont ouvertes à toutes les personnes, femmes ou hommes à partir de 15 ans et désirant pratiquer une activité sportive ou d’entretien » informe Gaëtan Miont, éducateur sportif diplômé. « C’est un cours de renforcement musculaire mêlant le circuit training, le cardio training et le crossfit ». C’est une activité qui se travaille sous forme d’ateliers avec du matériel spécifique comme des kettlebells (poids avec poignées), cordes, steps, échelles de rythme, médecine balls, élastibands… Et le tout en musique.
Une vingtaine de personnes forme actuellement le groupe composé pour une majorité de mamans de judokas. Depuis trois ans, Sandrine a adhéré à cette gymnastique en inscrivant son garçon au judo. « En fait pour me remettre en forme et voir ce que c’était. C’est sympa, on rencontre plein d’amis, on rigole et en même temps on travaille les abdos, les muscles fessiers etc. C’est assez varié. En trois ans de temps, je trouve que je me suis améliorée. J’ai récupéré un peu de souffle et aussi de la souplesse ».
Pour Isabelle, ses trois enfants (16, 9 et 5 ans) pratiquent le judo depuis 2008. Alors, lorsque ces cours ont vu le jour elle a décidé de reprendre une activité sportive. « Ces séances me font du bien et me permettent de décompresser. On se fait mal, mais chacun à son rythme. Gaëtan nous stimule pour aller toujours plus loin. On acquiert de plus en plus d’endurance ».
Les séances diffèrent chaque semaine et sont équilibrées autour d’ateliers musculaires, d’exercices cardio avec des temps de récupération. Elles se terminent toujours par des moments d’étirements et de relaxation. « Je suis à l’écoute des personnes qui, le samedi, souhaitent généralement des exercices pour se défouler et évacuer le stress de la semaine » termine Gaëtan Miont.
- Inscriptions ouvertes toute l’année et cotisation annuelle de 55 euros, recalculée selon la date d’inscription en cours de saison. Plus d’infos sur place (espace Ladoumègue) le lundi de 18h à 20h, mardi et jeudi de 18h à 21h30 et le samedi de 9h30 à 12h00 ou sur www.mericourtjudo.fr.

Xaviet Fiévet sur le podium des championnats du monde de judo vétérans

A Amsterdam en septembre, une quarantaine de nations était représentée pour disputer les mondiaux vétérans de judo. Parmi, les représentants français, deux licenciés du Méricourt Judo défendaient les couleurs nationales.

Le plus âgés des deux, François Bouliez, 52 ans, a concouru dans la catégorie M5 (50/54 ans) en moins de 81 kg où figuraient 29 compétiteurs. Pratiquant le judo depuis 41 ans, François Bouliez s’était déjà qualifié pour ces mondiaux en 2014 où il n’avait passé qu’un seul tour. C’est donc avec d’autres ambitions qu’il s’est rendu aux Pays-Bas. « Sur ce genre de rendez-vous, on rencontre tous types d’adversaires, des compétiteurs qui ont fait aussi bien des podiums olympiques que mondiaux, des gens qui n’ont jamais arrêté la compétition de haut niveau » explique le judoka qui, cette fois, aura réussi à passer quatre tours en gagnant deux combats contre deux perdus. « J’ai rencontré un Autrichien, un Belge, puis un Suédois avant de terminer face à un Irlandais. On espère toujours faire mieux et j’aurai souhaité passer un tour supplémentaire. Mais voilà, avec le manque de compétition de haut niveau, je me suis arrêté aux 8e de finales pour terminer neuvième ».
Xavier Fiévet, lui, c’est dans la catégorie Master 1 (30/34 ans) en plus de 100 kg qu’il a tenté pour la seconde fois (médaille d’argent en 2014) de décrocher l’or. Le licencié méricourtois s’est présenté, comme à son habitude, décontracté. Peut-être un peu trop en convient-il. « J’ai pris un Américain au premier tour et c’est le combat que je perd en commettant une grosse erreur de débutant car j’étais justement trop confiant. Je me suis fait contrer » regrette Xavier qui a débuté le judo à l’âge de 4 ans. Cela aurait pu être éliminatoire pour ce commercial de 33 ans. « Mais comme mon adversaire est allé jusqu’en demi finale, j’ai été repêché. Derrière je me suis ressaisis et j’ai gagné tous mes combats ». Victorieux face à un Canadien, puis un Allemand et enfin contre un Russe, Xavier Fiévet a décroché la médaille de bronze, nourrissant quelques regrets, « c’est de ma faute car je me suis laissé surprendre d’entrée de compétition et à ce niveau, cela ne pardonne pas ».
Ses prochains objectifs, se qualifier pour les premières divisions du championnat de France de judo qui aura lieu à Rouen en novembre.

Rechercher


AGENDA