Accueil du site > 3. Méricourt Actualité > Revue de presse > 103 bougies pour Sophie Wieczorek

103 bougies pour Sophie Wieczorek

Depuis son arrivée en France à l’âge de 12 ans, Sophie Wieczorek vit à Méricourt et aujourd’hui à l’EHPAD L’Orange Bleue où le jeudi 26 Février, elle a fêté ses 103 ans.
Tous les résidants de son unité du Village Pomme étaient présents autour de la doyenne de l’établissement ainsi que le directeur et le personnel pour fêter l’événement. Bouquets de fleurs, dessins, poèmes réalisés par les 120 résidants ont été offerts à Sophie, touchée par ses attentions. L’émotion était bien présente pour Sophie, d’origine polonaise, née Bucher, le 26 février 1912 à Habinghorst en Allemagne. « Son papa travaillait à la mine depuis quelques années et c’est en 1924 qu’il a fait venir sa femme et ses cinq enfants (1 garçon et 4 filles) à Méricourt » raconte sa belle-fille, Cécilia Wieczorek.
Sophie, troisième des filles, arrive donc à la cité du Maroc à 12 ans. Vers 16 ans, elle sera trieuse à la fosse. Quelques années plus tard, elle rencontre François Wieczorek, bout de feu. A 19 ans, elle se marie avec François et donnera naissance en 1931 à son premier fils qui s’appellera aussi François. Naîtra ensuite Edouard en 1937.
Une fois mariée, les femmes ne travaillaient pas. Sophie s’occupera de son mari et des enfants. Elle cultive le jardin et élève des volailles pour subvenir aux besoins de la famille. « Elle élevait aussi des oies et faisait des piéjénas (édredon) » précise Cécilia. « C’était une personne très en forme. Elle a toujours été d’avant garde. Dans les années 50, elle fut une des premières femmes a avoir pénétré dans un café. Elle attendait l’autobus sous la pluie et pour ne pas être mouillée, elle est entrée dans l’estaminet que tenait sa cousine. A l’époque, une femme dans un café était inconcevable ». Suite à cela, les femmes ont fréquenté les cafés lors des ducasses de quartier. Et si la vie était dure au fond, on savait faire la fête. « Avec son époux, Ils allaient au bal et ont bien profité de la vie. C’était un beau couple » affirme Cécilia, l’épouse d’Edouard absent en raison d’une hospitalisation.
En 1960, Sophie perd son mari d’une embolie à l’âge de 52 ans. En 1982, c’est son fils aîné qui décède, beaucoup trop jeune lui aussi. Aujourd’hui, Sophie, est fière de ses enfants, ses 5 petits-enfants, 6 arrière-petits-enfants et 2 arrière-arrière-petits-enfants.
Depuis 1967, elle partage sa vie avec son compagnon César Pach (94 ans) tout d’abord rue de la Seine à Méricourt, avant l’Ehpad depuis août 2013.
Et si l’on demande à Sophie, comment ça va ? Elle vous répond : « Aujourd’hui, je vais bien et demain, on ne sait pas ».

Portfolio

Rechercher


AGENDA